Ministres et sous ministres

Ministres et sous ministres                        

 

Ce ne sont pas les plus élevés dans la hiérarchie gouvernementale ! Ils n’en peuvent pas moins aspirer aux plus hauts postes : Charles de Gaulle, général de brigade, n’a-t-il pas été sous-secrétaire d’État à la Défense nationale et à la Guerre dans le cabinet Paul Reynaud pendant dix jours en juin 1940 ?

 

La fonction de sous-secrétaire d’État a été créée en France pendant les Cent-Jours — les deux premiers sont nommés aux Affaires étrangères. L’institution est généralisée par une ordonnance en 1816 qui prévoit qu’un sous-secrétaire d’État (éventuellement plusieurs) pourra être adjoint si nécessaire à un ministre, chaque ministre ayant le titre de ministre secrétaire d’État (exemple : ministre secrétaire d’État à l’Intérieur). La mission du sous-secrétaire d’État porte alors sur l’ensemble de l’administration du ministère, par délégation du ministre.

Sauf le Second Empire les régimes suivants, jusqu’à la Quatrième République incluse, conservent le principe des sous-secrétaires d’État, mais il n’y en a pas dans tous les gouvernements, et leur nombre peut varier considérablement d’un gouvernement à l’autre.

À partir de 1893, certains sous-secrétaires d’État se voient confier des responsabilités sur un domaine précis et des sous-secrétariats d’État sont créés autour de ces sujets — ainsi, de 1896 à 1913, il a existé un sous-secrétariat d’État des Postes et Télégraphes.

Sous la IVe, certains gouvernements ont à la fois des secrétaires et des sous-secrétaires d’État. Sous la Ve, le sous-secrétaire d’État disparaît.

Qu’en est-il des membres du gouvernement dans À la recherche du temps perdu ? Les ministres identifiés sont, par ordre d’apparition, celui des Affaires étrangères, celui des Postes, de la Guerre, celui des Travaux publics, celui de l’Instruction publique (lui évoqué aussi à travers son épouse, « la ministresse »), celui du Commerce, de l’Intérieur et des Cultes (attributions du Président du Conseil), et celui de l’Intérieur (tout court).

 

Quant aux sous-secrétaires d’État, on croise celui aux Finances (sa femme est présente au « jour » de Mme Bontemps), celui aux Postes et Télégraphes (il fait « un signe de tête affirmatif » à la Chambre), celui aux Beaux-Arts (« homme véritablement artiste, bien élevé et snob », il est présent à une soirée chez Mme Verdurin).

 

Moi, j’ai toujours rêvé d’occuper le poste de secrétaire d’État aux Farces et Attrapes.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et