Quel snob êtes-vous ?

Quel snob êtes-vous ?

 

Délicieux aveu de Marcelita Swann : à propos d’une chronique sur les madeleines, elle s’est dite exaspérée de se voir offrir des madeleines à tout bout de champ au prétexte qu’elle est proustienne.

C’est vrai : fait-on le présent d’un fouet aux lecteurs de Sade, d’un mouton à ceux de Saint-Exupéry, d’un crâne à ceux de Shakespeare ?

Du coup, notre new-yorkaise préférée prévient : elle ne déguste que des madeleines faites maison, avec un beurre noisette, de la vanille en gousse fraîche de préférence de Madagascar (lisez : exclusivement) et un zeste de citron râpé à l’instant.

Notre chère Marcelita s’en désole officiellement à grand coup de « hélas » et de « malheureusement », mais il ne faut pas la croire. Elle savoure ce snobisme et elle a bien raison.

 

Du coup, je me suis offert une séance d’introspection pour savoir de quel snobisme j’étais atteint. Ma première réponse a été mon passage du café au thé, par pur snobisme, aimant le rituel qui s’attache au premier. Il est vrai que j’ai une préférence pour le Lapsang Souchong — je préciserais bien que je ne bois que du Xu Xing Shan de la province du Zhejiang, mais c’est faux. Ma deuxième réponse a été le vouvoiement que nous pratiquons, mon épouse et moi-même. Cela nous a été naturel dès notre première rencontre et nous n’y avons jamais dérogé. Je jure qu’il n’y a là aucun snobisme. Certes, avec le temps, ce « vous » s’est effectivement patiné mais je n’en mettrais pas ma tête à couper. Ma troisième réponse… je n’en ai pas trouvé.

 

Et vous, quels symptômes vous reconnaissez-vous ?

 

Ce serait déraisonnable de considérer que la question n’est pas pertinente dès que l’on évoque Proust et son œuvre. Le snobisme frappe l’un et fait son nid dans l’autre. C’est ce que nous verrons demain (en attendant, j’espère vos réponses).

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

7 comments to “Quel snob êtes-vous ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. peut-être ai-je le snobisme ultime, qui consiste à ne pas en avoir ?

    (parce que j’ai beau chercher, là, très sincèrement je ne trouve pas !)

  2. Au sens étymologique adopté par l’Académie française, je ne le suis certainement pas.
    Au sens habituel, si je le suis, je ne le sais pas plus que Legrandin ou Bloch ne le savaient. Je suis sûr en tout cas que je ne relève pas le petit doigt quand je déguste une tasse de café, ou même de thé dont je ne suis pas spécialiste.

  3. Le petit doigt levé : maniéré ou snob ?

  4. Cher Patrice,
    Mes parents se vouvoient aussi et ce, depuis plus de 65 ans.
    J’ai toujours adoré les entendre et cela continue; et quand je rapporte leurs conversations à une tierce personne, celle-ci est toujours très surprise; et moi, amusée de cette surprise ; aucun snobisme là-dedans, mais tout de même le sentiment d’une petite différence.

  5. Recherche sur Google « petit doigt levé en buvant »: 127000 résultats, donc question importante! Déconseillé en général dans les conseils de savoir-vivre, en particulier par Nadine, baronne de Rothschild.

  6. Est ce que le comble du snobisme ne serait pas de suivre le blog du fou de Proust

  7. Le doigt levé du jour….

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et