Une soirée proustienne à Paris

Une soirée proustienne à Paris

 

Comme je regrette de ne pouvoir y être ! Ça promet d’être une fort belle soirée : Jérôme Bastianelli, à la voix, et David Bismuth, au piano, proposent le 14 novembre un récital « Autour de Marcel Proust ».

DiveNote14Novembre

C’est organisé par la Dive Note — je ne connaissais que la rabelaisienne Dive Bouteille. Elle se présente ainsi : « C’est à deux pas de la Tour Montparnasse que nous proposons un moment musical au sein du jardin secret de Reid hall. Notre association, La Dive Note, a mis un piano au milieu des livres, des vins et des partitions que le piéton de Paris vient chercher dans le quartier. Elle réunit chaque mois davantage d’amateurs, autour d’un concert-verre, qui se déroule entre bibliothèque et jardins, sous les boiseries du Centre Reid hall aimablement ouvert par le Columbia University Global Center. Chaque soirée est une fête et les artistes partagent ensuite avec leur auditoire le vin et l’amitié. À l’automne 2015, La Dive Note commence ainsi sa septième saison. »

 

Divine soirée en perspective. Qui me racontera ?

 

Publicité gratuite pour un Spécial copinage — même si je ne qualifierais pas Jérôme Bastianelli de copain. De la génération SLC, j’ai envie de lancer un SLP, Salut les Proustiens !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Une soirée proustienne à Paris”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Puisqu’on en est à la publicité, je signale le vif intérêt du Proust-Ruskin publié par Jérôme Bastianelli dans la collection « Bouquins »: l’auteur a entièrement refait le travail de traduction de Proust, c’est-à-dire de sa mère, qu’il évalue (parfois avec beaucoup d’humour), et ayant lu les oeuvres complètes de Ruskin dans l’édition anglaise que consultait Proust, il signale, ce qui n’avait jamais été aussi bien fait, les reflets des idées de Ruskin dans bien des pages de la Recherche où le nom de Ruskin n’apparaît pas. C’est remarquable et plein de trouvailles.

  2. Je suis d’autant plus d’accord avec vous, Cher Luc Fraisse, que j’avais déjà consacré une chronique à son ouvrage : Quand le paratexte prime le texte : invitation à lire Bastianelli.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et