Post-scriptum au Repas de roi

Post-scriptum au Repas de roi

 

Considérez cette chronique comme un pousse-café qui viendrait après un déjeuner…

L’amie Clopine — avec Clopin — m’a précédé — moi, avec mon épouse — dans l’« Hostellerye » de Dangeau évoquée ce matin.

 

Retrouvant ses souvenirs, elle m’écrit :

« Et, sur la table au linge impeccable et damassé, la verrerie était là aussi à la fois étincelante et comme provenant du passé. Je me souviens d’une carafe « canard » qui a déclenché chez moi, ce qui est plutôt rare, une forte convoitise… »

 

Eh bien, chère Clopine, c’est cette même carafe qui ornait notre table derrière des verres qui étincelaient.

Carafe canard

 

En prime, la main de Violette tenant le canard.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et