Couleurs d’automne

Couleurs d’automne

 

Le Héros de la Recherche ne vient à Combray que pour les vacances, de printemps ou d’été. Un automne l’y voit toutefois quand meurt tante Léonie. Il doit y revenir pour la succession — ainsi qu’il le signale dans Du côté de chez Swann.

C’est en allant me promener après avoir relu ce passage que je me suis aperçu que nous étions entré dans cette saison. Jusque là, les couleurs de la terre et du ciel étaient lumineuses. Pour la première fois, les teintes se sont embrumées et assombries. Proust parle du «  rougeâtre et sombre des pierres » et du « matin brumeux d’automne ».

Ce que j’ai vu y ressemblait singulièrement, de la mousse sur un muret…

1 Mousse

 

… à une allée…

2 Allée

 

… en croisant un étrange chat chez un voisin…

3 Un étrange chat

 

… avant de retrouver mon jardin.

(Photos PL)

(Photos PL)

 

Dans le même volume, Proust écrit : « Mes promenades de cet automne-là furent d’autant plus agréables que je les faisais après de longues heures passées sur un livre. »

C’est exactement ce que j’ai vécu et je vous laisse imaginer le livre sur lequel, moi, je passe « de longues heures ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et