Yann Moix ? Sans moi !

Yann Moix ? Sans moi !

 

L’impardonnable, chez un intellectuel, c’est de confondre intellectuel et intelligent et de prononcer des propos hermétiques sans motif.

Du fatras verbal, Yann Moix s’en est fait hier soir un expert. L’écrivain inaugurait son nouveau rôle de trublion d’On n’est pas couché, l’émission télé de Laurent Ruquier sur France 2.

Dès son premier jugement, il s’est montré autant abstrus qu’abscons. À propos de sport et de dopage, il a déclaré que le second était « consubstantiel » au premier et qu’on ne pouvait pas concevoir le cyclisme sans dopage : « Ce serait considérer qu’on peut écrire À la recherche du temps perdu sans Marcel Proust ».

Comprenne qui pourra ! Que lui importe. L’important, pour lui, n’était-il pas de caser une référence littéraire, suivie de quelques autres aussi pédantes ?

Ensuite, appelé à juger l’album d’un chanteur de variété, M. Moix a fait assaut de mots savants incongrus, de « corréler » à « temporalité », et face à Michel Houellebecq, il a été d’une telle écœurante servilité que j’ai dû éteindre ma télé.

 

Parole de proustiste…

Patrice louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et