Mots d’Oriane (53)

53

Et comme on ne prête qu’aux riches, un faux mot d’Oriane est cité dans Le Côté de Guermantes :

Je fus peiné d’entendre les jeunes gens chics, que je ne connaissais pas, raconter les histoires les plus ridicules et les plus malveillantes sur le jeune grand-duc héritier de Luxembourg (ex-comte de Nassau) que j’avais connu à Balbec et qui m’avait donné des preuves si délicates de sympathie pendant la maladie de ma grand’mère. L’un prétendait qu’il avait dit à la duchesse de Guermantes : « J’exige que tout le monde se lève quand ma femme passe » et que la duchesse avait répondu (ce qui eût été non seulement dénué d’esprit mais d’exactitude, la grand’mère de la jeune princesse ayant toujours été la plus honnête femme du monde) : « Il faut qu’on se lève quand passe ta femme, cela changera de sa grand’mère car pour elle les hommes se couchaient. »

 

Fin


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Mots d’Oriane (53)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Dear Patrice~
    Congratulations! I trust you never thought of this day, when you began your blog; however, your exuberance and love for « our » Marcel was just too contagious.

    « Le Fou de Proust » reminds me of the train compartment, filled with members of the « little clan. » These travelers can’t help but be drawn to Charlus….a genius, who may be a little mad. 😉

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et