Le crêpe et le roi de la crêpe

Le crêpe et le roi de la crêpe

 

Ces crêpes ne risquent pas de peser sur l’estomac. Toutefois…

Il y a seize occurrences du mot dans À la Recherche du Temps perdu, essentiellement l’étoffe soyeuse à l’aspect ondulé (crêpé) :

*Du côté de chez Swann (3) : Et devant chaque maison [de Combray], même celles où ce n’était pas l’habitude, les domestiques ou même les maîtres, assis et regardant, festonnaient le seuil d’un liséré capricieux et sombre comme celui des algues et des coquilles dont une forte marée laisse le crêpe et la broderie au rivage, après qu’elle s’est éloignée. / Dans l’échancrure de son corsage de crêpe Mlle Vinteuil sentit que son amie piquait un baiser, / [Odette et Swann] elle le reçut en peignoir de crêpe de Chine mauve.

*À l’ombre des jeunes filles en fleurs (7) : [Exclusivité de Mme Swann] vêtue d’un peignoir en crêpe de Chine de couleur claire qui me semblait plus élégant que toutes les robes. / sa robe de chambre de crêpe de Chine / bien que j’eusse protesté qu’aucune robe « de ville » ne vaudrait à beaucoup près la merveilleuse robe de chambre de crêpe de Chine ou de soie, vieux rose, cerise, rose Tiepolo, blanche, mauve, verte, rouge, jaune unie ou à dessins, / Les jours où Mme Swann n’était pas sortie du tout, on la trouvait dans une robe de chambre de crêpe de Chine, blanche comme une première neige, / ses fauteuils, blancs de neige comme sa robe de chambre en crêpe de Chine, / je la trouvais vêtue de quelque belle robe, certaines en taffetas, d’autres en faille, ou en velours, ou en crêpe de Chine, ou en satin, ou en soie, / [elle] avait, pour devenir visible, revêtu l’apparence brillante du sourire des grands sacrifices, du crêpe de Chine noir. /

*Sodome et Gomorrhe (2) [Le Héros sur sa mère :] dès que je la vis entrer, dans son manteau de crêpe / [Albertine] sa jupe de crêpe de chine gris.

*La Fugitive (2) : la duchesse ennuagée dans la brume d’une robe en crêpe de Chine gris / [Albertine] elle portait quelqu’un des jolis peignoirs en crêpe de Chine.

*Le Temps retrouvé (1) : un bonnet de crêpe anglais blanc (du plus gracieux effet…

 

Il y a une domination du crêpe venu de l’Empire du Milieu (voir la chronique Chine et chinoiseries), mais si vous comptez bien, il manque une occurrence. La dernière me réjouit :

*Et si, profitant de ce point de départ, je poussais Mme de Guermantes sur les Rohan (avec qui sa famille s’était souvent alliée), sa conversation s’imprégnait un peu du charme mélancolique des pardons, et, comme dirait ce vrai poète qu’est Pampille, de « l’âpre saveur des crêpes de blé noir, cuites sur un feu d’ajoncs ». V

 

Elle me permet en effet de m’afficher en « crêpologue » depuis que (lors de mon séjour breton) j’ai été secrètement initié par mes proustiens hôtes à l’art de confectionner cette spécialité — et sur un billig, s’il vous plaît, la plaque chauffante « Made in Bretagne ». Le rozell (petit rateau sans dents) et la spatule n’ont plus de secrets pour moi !

712 PL au billig

 

Les jaloux n’ont plus qu’à porter le crêpe du deuil — jamais évoqué dans la Recherche.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Le crêpe et le roi de la crêpe”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Sans oublier la noire chevelure crêpelée d’Albertine, dans A l’Ombre des Jeunes filles en fleurs!

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et