Tourisme : venir à Illiers-Combray à la rencontre de personnages éternels

Tourisme : venir à Illiers-Combray

à la rencontre de personnages éternels

 

Illiers-Combray est une cité où la réalité et la fiction sont mêlées…

En la visitant, il faut se prémunir contre l’idée qu’on va trouver un conservatoire nécessairement poussiéreux. Et pourtant c’est l’image que laissent perdurer ceux qui en ont la charge. Que mettent-ils en avant ? Un musée, un jardin, une église — trois lieux dont l’âme mériterait d’être mieux soutenue. Les touristes sont trop priés de partir à la recherche d’un monde perdu, éteint. Or, Proust, héritage, est aussi une promesse.

 

On a vécu et on vit à Illiers-Combray. Ses habitants ne sont pas des ombres, ils sont fait de chair et de sang.

Quant à Combray, on y vivra pour l’éternité grâce au génie du lieu, Marcel Proust : tante Léonie, Gilberte, la duchesse de Guermantes, Françoise, sans oublier un petit garçon qui deviendra un grand écrivain, étincelleront toujours.

Dans la vie vraie comme dans la création littéraire, le décor n’est pas factice. La gare, le clocher, les agréables villas, les degrés extérieurs, les marches de grès, les pignons — autant de mots de l’œuvre — ont leur pendant dans notre contemporaine réalité.

Le curé, le pâtissier, le facteur — autant de personnages proustiens — œuvrent toujours dans la commune d’aujourd’hui. Déambuler dans les rues, c’est avoir des chances de rencontrer Mme Goupil, M. Rapin ou Théodore.

Si la volonté est au rendez-vous, si on ne s’en tient pas à des incantations, si on ne laisse pas les pèlerins sans accompagnement, tout fait écho aux mots du divin Marcel.

Pour commencer, à quand une plaque à la gare ? Sur l’Hostellerie de l’Oiseau flesché ? Sur le chemin de halage ? Sur des maisons à trois marches ? Sur des magasins de la Place ? Sur la maison des Archers ? Sur le mail et le calvaire ? Sur les bords de la Vivonne ? Sur la maison du docteur Percepied ?… Pour quand le parcours fléché promis ?

Il n’y aura jamais de Proustland, mais on peut ouvrir Illiers-Combray à des proustiens qui s’ignorent. D’hier comme d’aujourd’hui, Proust est à tous, parle à tout le monde. Encore faut-il vouloir l’entendre.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Tourisme : venir à Illiers-Combray à la rencontre de personnages éternels”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Surtout pas de Proustland, nous sommes bien d’accord cher proustiste, mais rêvons même un peu plus que des simples plaques… juste un peu : des plaques avec QR codes pour écouter sur son I-phone des extraits de Proust lus par….Guillaume Gallienne, Podalidès….etc !

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et