Mots d’Oriane (1)

Mots d’Oriane (1)

 

Un cadeau d’anniversaire… En ce 10 juillet, jour de la naissance de Marcel Proust (c’était en 1871), souffrez que je vous offre un florilège de l’esprit des Guermantes.

« Vous en connaissez un autre ? » questionne la duchesse. Le ton est donné.

En attendant le quizz inédit du mois prochain, voici la rediffusion d’une série dont on ne se lasse pas : une cinquantaine d’illustrations des mots d’Oriane, la spirituelle duchesse de Guermantes. Spirituelle et redoutable. Jugez plutôt, d’aujourd’hui jusqu’au 31 août.

 

1

Un mot d’Oriane. Mortuaire.

Adieu, je vous ai à peine parlé ; c’est comme ça dans le monde, on ne se voit pas, on ne dit pas les choses qu’on voudrait se dire ; du reste, partout, c’est la même chose dans la vie. Espérons qu’après la mort ce sera mieux arrangé. Au moins on n’aura toujours pas besoin de se décolleter. Et encore qui sait ? On exhibera peut-être ses os et ses vers pour les grandes fêtes. Pourquoi pas ? Tenez, regardez la mère Rampillon, trouvez-vous une très grande différence entre ça et un squelette en robe ouverte ? Il est vrai qu’elle a tous les droits, car elle a au moins cent ans. Elle était déjà un des monstres sacrés devant lesquels je refusais de m’incliner quand j’ai fait mes débuts dans le monde. Je la croyais morte depuis très longtemps ; ce qui serait d’ailleurs la seule explication du spectacle qu’elle nous offre. C’est impressionnant et liturgique. C’est du « Campo-Santo » ! IV


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et