Illiers-Combray éjecté des Journées lyriques

Illiers-Combray éjecté des Journées lyriques

 

Triste nouvelle… Sur le coup, je n’ai pas voulu la révéler, mais il faut bien s’y résoudre : il y a quinze jours, Ève Ruggieri a dévoilé la programmation des Journée lyriques de Chartres et d’Eure-et-Loir.

De tradition, le concert de clôture a lieu en l’église Saint-Jacques immortalisée en Saint-Hilaire. Il n’y a guère qu’il y a deux ans, Illiers-Combray s’était fait déposséder de l’événement au profit de Thiron-Gardais, mais en 2014, c’était rentré dans l’ordre.

Las ! La directrice artistique du festival musical a expliqué que, « contraintes budgétaires obligent », il était concentré sur quatre jours consécutifs au lieu de deux week-ends. De fait, cela revient au même, mais, dans l’opération, la cité proustienne est privée de tout concert. Turandot sera donné jeudi 24 septembre au Théâtre de Chartres et vendredi 25 au Dinetum d’Anet ; Misa Tango, samedi 26 en l’église de Bonneval ; Les Jeunes virtuoses se produiront dimanche 27 au château de Maintenon.

Vous ne trouvez pas Illiers-Combray ? Il n’y est pas !

 

Pour mettre une touche lyrique dans cette chronique, disons qu’Illiers-Combray n’a plus que ses yeux pour pleurer. L’adjectif apparaît moins d’une dizaine de fois dans la Recherche :

*Bloch invite à lire « ces proses lyriques », I et III ; l’Opéra est présente comme «  ce temple de l’art lyrique », III ; à propos de voix de femmes, le Héros parle du « flot lyrique de ce qu’elles racontent », V ; le cri d’un marchand de bigorneau fait penser à « la déclamation à peine lyrique de Moussorgsky », V ; tandis que le marchand de jouets n’a aucun souci de « la déclamation lyrique des modernes », V ; de la princesse Palatine, M. de Charlus dit que « c’est un personnage si intéressant que Madame. On pourrait faire d’après elle le portrait ne varietur, la synthèse lyrique de la « Femme d’une Tante », V ; le même s’enchante à raconter « des mots involontairement lyriques », VII.

 

Dans la mésaventure subie par Illiers-Combray, il faut considérer deux hypothèses : soit la décision de l’exclure du circuit a été prise sans concertation — et c’est désolant ; soit ses représentants ont été consultés et n’ont pas convaincu— et ce n’est pas plus réjouissant.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et