Gloire à Gutenberg

Gloire à Gutenberg

 

Avant de partir en vacances, certains cherchent à confier leur grand’mère ou leur animal de compagnie… Olivier, mon frère cadet, lui, m’a remis un trésor en dépôt : son exemplaire du fac-similé des premières épreuves corrigées de Du côté de chez Swann, Combray, en 1913.

01 Couverture

 

C’est le 660e d’une série limitée à 1 200. L’objet est plus volumineux qu’un loulou de Poméranie mais moins qu’une vieille dame. Muet par nature, il est pourtant éloquent.

 

Evidemment, le premier des 29 placards est le plus émouvant, offrant la première version du titre et du début.

02 Placard 1

 

L’ouvrage intègre les légendaires paperoles. Les placards les plus étendus sont le 5 et le 29.

03 Placard 25

04 Placard 29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vive la technique qui permet de réaliser de telles merveilles. Que de chemin parcouru depuis son invention au mitan du XVe siècle par Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg, que Proust cite deux fois dans la Recherche.

 

Parmi mes versions de l’œuvre, j’ai une série de la NRF (offerte par le même Olivier) imprimée dans les années 1920 et 1930. Mon exemplaire du Temps retrouvé est de 1927, imprimé en France.

05 Le Temps retrouvé 06 1927

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fac-similé, lui, a été réalisé à plus de 12 000 kilomètres de la Picardie, dans la province chinoise du Guangdong.

08 Abbeville Shenzhen

07 2013

 

 

 

 

 

 

Pour finir sur une touche moins exotique (en tous cas pour moi), j’ai eu la joie de constater qu’un cadeau de Colette, l’épouse d’Olivier, était imprimé plus près. Il s’agit de Marcel Proust en son temps, catalogue d’une exposition au musée Jacquemart-André en 1971.

09 Tournon

 

À ma naissance, ma famille habitait ce 20 de la rue Delambre, au-dessus de l’imprimerie, mon père travaillant chez Tournon, ce qui explique ma naissance dans le VII e arr. voisin, en plein cœur du faubourg Saint-Germain. Et vous voudriez que Proust ne soit pas imprimé en moi ?

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

Les extraits :

*Il me semblait que c’était déjà une ombre chérie que je venais de laisser se perdre parmi les ombres, et seul devant l’appareil, je continuais à répéter en vain : « Grand’mère, grand’mère », comme Orphée, resté seul, répète le nom de la morte. Je me décidais à quitter la poste, à aller retrouver Robert à son restaurant pour lui dire que, allant peut-être recevoir une dépêche qui m’obligerait à revenir, je voudrais savoir à tout hasard l’horaire des trains. Et pourtant, avant de prendre cette résolution, j’aurais voulu une dernière fois invoquer les Filles de la Nuit, les Messagères de la parole, les Divinités sans visage ; mais les capricieuses Gardiennes n’avaient plus voulu ouvrir les portes merveilleuses, ou sans doute elles ne le purent pas ; elles eurent beau invoquer inlassablement, selon leur coutume, le vénérable inventeur de l’imprimerie et le jeune prince amateur de peinture impressionniste et chauffeur (lequel était neveu du capitaine de Borodino), Gutenberg et Wagram laissèrent leurs supplications sans réponse et je partis, sentant que l’Invisible sollicité resterait sourd. III

 

*Sans doute dans les temps habituels de la paix une note mondaine subrepticement envoyée au Figaro ou au Gaulois aurait fait savoir à plus de monde que n’en pouvait tenir la salle à manger du Majestic que Brichot avait dîné avec la duchesse de Duras. Mais depuis la guerre, les courriéristes mondains ayant supprimé ce genre d’informations (ils se rattrapaient sur les enterrements, les citations et les banquets franco-américains), la publicité ne pouvait plus exister que par ce moyen enfantin et restreint, digne des premiers âges, et antérieur à la découverte de Gutenberg : être vu à la table de Mme Verdurin. Après le dîner on montait dans les salons de la Patronne, puis les téléphonages commençaient. VII

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Gloire à Gutenberg”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. What a kind brother! Did he need a wheelbarrow to carry it?
    Several Proust-GoodReads friends bought their copies in 2013. You can still find your copy on the Internet:

    http://www.decitre.fr/livres/du-cote-de-chez-swann-9782070142088.html
    http://www.abebooks.com/9782070142088/quot-cote-swann-combrayquot-fac-simileacute-2070142086/plp
    http://www.eurobuch.com/buch/isbn/9782070142088.html

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et