À l’origine était Illiers

À l’origine était Illiers

 

Depuis quand le modèle du Combray de Proust existe-t-il ?

Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF, invite les internautes à redécouvrir la « Carte de Cassini » en cherchant leur village. Du coup, comme l’écrit le site de L’Express qui le rapporte, chacun cherche son « bled dans Cassini ».

Voici le résultat pour Illiers.

*Illiers Cassini

 

La « carte de Cassini » ou « carte de l’Académie » dresse le portrait de la France à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Voulue par le roi Louis XV et lancée en 1747, elle est réalisée par une lignée d’astronomes et de géographes d’origine italienne, principalement César-François et son fils Jean-Dominique, qui ont dû trianguler le territoire. L’échelle adoptée est d’une ligne pour cent toises, soit au 1/86 400e.

 

Mais avant le XVIIIe siècle ? Ouvrons Le temps retrouvé d’Illiers de P.-L. Larcher (1971) : « En 1131, dans le cartulaire de Thiron, nous lisons Illers. En 1138, dans la charte de l’abbaye de Thiron, Illetum. Vers 1150, dans le cartulaire de Saint-Denis à Nogent-le-Rotrou, Hysleri. Dans la carte de l’abbaye de Saint-Jean-en-Vallée en 1228, Yliers. Vers 1250, Hillers. Dans le polyptique de Chartres, en 1300, Illesiæ in Perthico. En 1348, Illesi ; en 1366, Yles ; en 1408, Illée »… Plus loin, l’érudit local ajoute : « Nous ne parlons pas de ceux qui ont voulu rattacher le nom d’Illiers à celui de Saint-Hilaire qui serait devenu Saint-Hilliers. »

Quant au premier des seigneurs d’Illiers, il pourrait se nommer Avesgaud, feudataire du comte de Chartes au Xe siècle. Ce qui est sûr, c’est le premier avéré : Geoffroy, quatrième vicomte de Châteaudun, seigneur de Mortagne et de Nogent, de Galardon et d’Iliers, parti plusieurs fois en guerre contre Fulbert, l’évêque de Chartres, au XIe siècle. En 1424, le nouveau seigneur d’Illiers, Florent, est gouverneur de Châteaudun. Le 28 avril, selon la chronique de l’époque, il « culbute » des Anglais à Orléans où Jeanne d’Arc entre le lendemain. Vers 1449, ce compagnon d’armes de la Pucelle s’occupe de la reconstruction de l’église d’Illiers. Mort en 1475, il repose dans cette église, auprès de son épouse, Jeanne de Coutes, sœur d’un page de Jeanne d’Arc. La messe de requiem est célébrée par son frère, Miles d’Illiers, évêque de Chartres.

 

Les deux hommes sont représentés dans le vitrail immortalisé dans Du côté de chez Swann où les traits de Florent deviennent ceux de Gilbert le Mauvais, un des premiers Guermantes.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “À l’origine était Illiers”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonjour,
    A tout hasard – car vous les avez peut-être déjà évoqués quelque part, mais je viens seulement de découvrir votre blogue – je me permets de vous signaler ces articles, publiés par la Société Archéologique d’Eure&Loir:
    – Tante Léonie et sa maison dans la réalité d’Illiers (SAEL, N° 69, 2e trim 2001)
    – Les ascendants paternels de Marcel Proust -1- (SAEL, N° 75, 4e trim 2002)
    – Les ascendants paternels de Marcel Proust – 2- (SAEL, N° 76, 3e trim 2003)
    Je les avais trouvés fortuitement, en cherchant des articles sur la cathédrale de Chartres, chez notre cher bouquiniste de la rue de la Clouterie, qui a fermé sa boutique en juin dernier, hélas.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et