SOS aubépines

Tags :

SOS aubépines

 

Les étrangers sont en première ligne pour sauver le patrimoine français… Vivant désormais en France, du côté de Chinon, Stephen Camburn et Alan Halliday sont des grands amoureux du Combray proustien et le second, peintre de son état, vient régulièrement au Pré Catelan (voir la chronique d’hier, Alan Halliday, cuvée 2015).

Avec son ami qui veille sur son œuvre, il s’inquiète pour les aubépines du petit raidillon à jamais éternelles par la grâce de Proust — enfin, éternelles, c’est à voir.

 

Dans son mel accompagnant les reproductions, Stephen me fait part de son « anxiété concernant la pauvreté de la floraison des aubépines » : « Les fleurs roses presque n’existent plus et il ne reste qu’une arbre rose vivante. Cette dernière arbre rose est à point de mourir. Comparez les arbres sur le chemin de Swann qui sont malades ou mortes, avec plusieurs arbres roses sur le chemin [de la Védière], en plein floraison et superbes. Les fleurs blanches devient moins chaque année at la barrière blanche n’existe pas sauf dans l’imagination et quelques photos dans la Maison de Tante Leonie. Il faut replanter le plus tot possible ! Si non, la chose la plus interessante de la ville va disparaitre et il n’y aura pas encore des tableaux de Alan Halliday sur cet beau theme ! » (J’ai respecté le texte pour montrer le niveau d’anxiété de mon ami britannique.)

 

Ma première réaction a été : Mais que fait le Conseil général d’Eure-et-Loir, gestionnaire du site ? quand je sais que M. Loiseau, son jardinier en chef, a refait à merveille le jardin de Maintenon ?

Vous connaissez mon sérieux. Avant de tirer à mon tour la sonnette d’alarme, je suis allé voir les lieux.

 

Voici, à quelques minutes d’intervalle, le petit raidillon…

1 Epines blanches, Raidillon 1 2 Epines blanches, Raidillon 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… et le chemin de la Védière.

3 Epines roses, Védière 1 4 Epines roses, Védière 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme je n’ai pas souvenir avoir vu des épines roses dans la haie de Swann depuis mon arrivée au pays de tante Léonie, mon inquiétude est mesurée.

J’en ai profité, de retour at home, pour créer cet épuré bouquet blanc et rose :

(Photos PL)

(Photos PL)

Reste que la préoccupation de l’« Englische », comme dirait un paysan au prince de Léon ou un autre au prince de Laumes, est à prendre en considération. J’ai déjà eu des échos similaires et un examen botanique clinique du lieu mythique s’impose, lui qui attire des Proustiens du monde entier.

 

Je transmets au Chief Gardener !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

6 comments to “SOS aubépines”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Ah, la floraison blanche ou rose des aubépines proustiennes : heureusement que des gardiens y veillent !

    Par ici, ce sont les pommiers qui en ce moment mettent leurs robes de mariées. J’ai commis un petit film sur mon ânesse (1 minute !) en pensant à Marcel Proust, évidemment : il a beaucoup parlé des poiriers en fleurs, mais aussi des pommiers vus en montant à la Raspelière. Si donc vous voulez voir des pommiers roses, et blancs, en complément de vos épines, c’est ici :

    http://www.beaubecproductions.fr/pages/filmsrealises/clips-clap.html

    ou là :

    http://dai.ly/x2q2nuq

    (il faut mettre le son). (l’inconvénient de daily motion, c’est qu’on se tape de la publicité. soupir.)

    Voilà, cher Patrice, très bon long week-end à vous !

    • patricelouis says: -#2

      Bucolique… le document est d’autant plus précieux qu’il permet de voir, fugacement, l’amie Clopine (enfin, je suppose).

  2. I wonder, did the hawthorns once look as lush as these?

    David Hockney is capturing them…in Rudston, England.
    http://www.theguardian.com/artanddesign/gallery/2011/oct/08/david-hockney-conversations-in-pictures#img-5

  3. In reply to Marcelita, the answer is yes but in fact a healthy hawthorn can be even more stunning than the ones which David is shown painting. There are one or two photos in the Maison de Tante Leonie, which show the hawthorn in the Chemin des Aubepines – I guess circa 1910 – and they are really amazing, they arch/reach right across the path, both pink and white. What we have now is a poor vestige which – if Marcel had seen – he would probably not even have written about. He wrote about them because they were amazing, not pathetic! I sincerely hope that the funds can be found to replant with new and hopefully reasonably mature trees.

    Next project: convince the Maison de Tante Leonie to offer to serve tea to their visitors ……..with madeleines. I would pay for that privilege, and they would increase their income and could perhaps undertake some desperately needed repairs, like for example re-opening the old Hamman next to the Orangerie which is decorated with Algerian tiles similar to the ones used in the window surrounds.

    I know the comparison is inexact and possibly unfair but to get an idea of what is possible just have a look at the Charleston website http://www.charleston.org.uk .

  4. Cher Patrice,
    Je serai a Illiers le jour de l’ouverture du salon de the et le five o’clock d’Odette de Crecy.

    Pourquoi pas un salon de the dans le jardin de la maison de tante Leonie?
    Il faut un peu d’imagination…
    Cynthia

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et