Chiffres fétiches

 

 

3, 16, 43, 345, 2 990, 102 000…

Qu’ont donc en commun ces nombres ? Ils ont leur place dans À la Recherche du Temps perdu — au milieu de centaines d’autres.

 

Les occurrences des unités dans l’ordre des tomes :

Zéro : 0 / 1 / 2 / 1 / 1 / 0 / 0 = 5

Un : 3 429 / 4 317 / 4 822 / 3 977 / 3 066 / 1 978 / 2 865 = 24 454

Deux : 158 / 208 / 268 / 252 / 190 / 114 / 142 = 1 332

Trois : 49 / 70 / 87 / 92 / 65 / 42 / 28 = 433

Quatre : 21 / 15 / 32 / 18 / 24 / 13 / 13 = 136

Cinq : 25 / 26 / 33 / 37 / 26 / 15 / 24 = 186

Six : 6 / 5 / 14 / 13 / 14 / 6 / 6 = 64

Sept : 8 / 8 / 18 / 5 / 23 / 2 / 7 = 71

Huit : 8 / 13 / 22 / 13 / 10 / 8 / 8 = 82

Neuf : 1 / 0 / 6 / 6 / 5 / 0 / 1 = 19

 

Numéros de chambre : 3, 7, 14 bis, 28 (chambre espagnole), 43.

Numéro de table : 25

 

Ça ne tombe pas juste

*Un cinquième (car dans les groupes de quatre on est toujours plus de quatre) s’était joint aux quatre platoniciens qui l’étaient plus que tous les autres. (III)

*le conseil des Dix (un peu plus élevé en nombre) (III)

*sans avoir besoin d’être treize comme dans le roman de Balzac, ni quatre comme dans les Trois Mousquetaires. (III)

 

Coquetterie

*Qu’est-ce que vous voulez, moi je n’ai plus vingt ans. (V)

*je sais bien que je n’ai plus vingt-cinq ans et je ne pose pas pour la rosière, mais on garde sa petite coquetterie tout de même. (V)

*« Oui, dit-il, je n’ai plus vingt-cinq ans et j’ai déjà vu changer bien des choses autour de moi (V)

*Dame, vous savez que je n’ai plus vingt-cinq ans. (VII)

 

*Mais si, mon cher, ne protestez pas, j’ai plus de quarante ans, dit le baron, qui avait dépassé la soixantaine. (V)

*grâce à Robert, pouvait-elle, au seuil de la cinquantaine (d’aucuns disaient de la soixantaine), éblouir chaque table (VI)

 

*(il devait avoir dépassé la cinquantaine et semblait plus jeune qu’à trente ans) (VII)

 

Comme disait l’humoriste, il vaut mieux avoir l’âge de ses artères que l’âge de César Franck — lequel ne plaît pas aux dames dans la Recherche :

*Mme de Citri : Pour Wagner, puis pour Franck, pour Debussy, elle ne se donnait même pas la peine de dire « la barbe » mais se contentait de faire passer sa main, comme un barbier, sur son visage. IV

*Mme de Cambremer : « Vous ne pouvez pas aimer cela ». IV

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

5 comments to “Chiffres fétiches”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. L’exploration de nombres au delà de neuf est-elle prévue, comme treize par exemple?

    • Voir la chronique Nombres (5) les dizaines :

      sans avoir besoin d’être treize comme dans le roman de Balzac, ni quatre comme dans les Trois Mousquetaires. (III)
      leurs noms me sont revenus. Je comptai que, dans cette seule saison, douze me donnèrent leurs frêles faveurs. Un nom me revint ensuite, ce qui fit treize. (IV)
      je reconnus vite Morel et qui partait pour faire ses treize jours. (VI)

  2. Je suis confus. J’étais mal réveillé ce matin.

    • Vous me gênez. Vous avez le droit de ne pas connaître ce blogue par cœur. Vous me faites déjà beaucoup d’honneur à y venir voir.

  3. Oui, mais je n’avais pas le droit de mal lire la présente chronique pleine de chiffres supérieurs à neuf.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et