Baptisez des plats proustiens

Baptisez des plats proustiens

 

Faites-en des tartines !

Pas question de renommer la Salade Francillon de Du côté de chez Swann ni le pudding à la Nesselrod d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs

En revanche, il est des plats, mets et préparations qui attendent qu’on leur donne une identité, que leurs saveurs soient magnifiées par une appellation aussi gourmande que proustienne.

Commençant à connaître certain(e)s d’entre vous, je sais pouvoir vous mettre à contribution pour concurrencer ces patrons de restaurants qui, entre style ampoulé, intitulés ronflants, obscures métaphores gourmandes, rallonges jargonnantes et créations débridées, font tout un poème de ce qu’ils proposent à leur carte.

Voici donc une base (comme on parle d’un fond de sauce) pour que vous puissiez nous offrir de quoi saliver et sourire : inventez-nous des appellations mémorables (le concours n’est pas limité dans le temps).

 

 

Croque-monsieur marquise de Villeparisis

*Or, en sortant du concert, comme, en reprenant le chemin qui va vers l’hôtel, nous nous étions arrêtés un instant sur la digue, ma grand’mère et moi, pour échanger quelques mots avec Mme de Villeparisis qui nous annonçait qu’elle avait commandé pour nous à l’hôtel des « croque-monsieur » et des œufs à la crème, je vis de loin venir dans notre direction la princesse de Luxembourg II

 

Asperges sauce mousseline duchesse de Guermantes

*Tenez, justement, me dit Mme de Guermantes en attachant sur moi un regard souriant et doux […], faisant signe aussi qu’on me redonnât des asperges sauce mousseline… III

 

Salade d’ananas et de truffes de ma mère

Ma mère comptait beaucoup sur la salade d’ananas et de truffes. Mais l’Ambassadeur après avoir exercé un instant sur le mets la pénétration de son regard d’observateur la mangea en restant entouré de discrétion diplomatique et ne nous livra pas sa pensée. Ma mère insista pour qu’il en reprit, ce que fit M. de Norpois, mais en disant seulement au lieu du compliment qu’on espérait : « J’obéis, Madame, puisque je vois que c’est là de votre part un véritable oukase. » II

 

Salade aux œufs durs pas comme à Alençon

nous mangions des œufs durs dans la salade, ce qui était réputé commun et ne se faisait pas dans la bonne société d’Alençon. II

 

Sandwichs au chester et à la salade des jeunes filles en fleurs

j’étais obligé par Françoise de m’égarer dans les chemins détournés et absurdes qui me retardaient beaucoup. Il en était de même quand je faisais préparer des sandwichs au chester et à la salade et acheter des tartes que je mangerais à l’heure du goûter, sur la falaise, avec ces jeunes filles…

Mais quelquefois au lieu d’aller dans une ferme, nous montions jusqu’au haut de la falaise, et une fois arrivés et assis sur l’herbe, nous défaisions notre paquet de sandwichs et de gâteaux. Mes amies préféraient les sandwichs et s’étonnaient de me voir manger seulement un gâteau au chocolat gothiquement historié de sucre ou une tarte à l’abricot. C’est qu’avec les sandwichs au chester et à la salade, nourriture ignorante et nouvelle, je n’avais rien à dire. Mais les gâteaux étaient instruits, les tartes étaient bavardes. II, 332-333

 

Bœuf froid aux carottes et aux cristaux de gelée du Michel-Ange de notre cuisine

Le bœuf froid aux carottes fit son apparition, couché par le Michel-Ange de notre cuisine sur d’énormes cristaux de gelée pareils à des blocs de quartz transparent.

— Vous avez un chef de tout premier ordre, madame, dit M. de Norpois. Et ce n’est pas peu de chose. Moi qui ai eu à l’étranger à tenir un certain train de maison, je sais combien il est souvent difficile de trouver un parfait maître queux. Ce sont de véritables agapes auxquelles vous nous avez conviés là. »

Et, en effet, Françoise, surexcitée par l’ambition de réussir pour un invité de marque un dîner enfin semé de difficultés dignes d’elle, s’était donné une peine qu’elle ne prenait plus quand nous étions seuls et avait retrouvé sa manière incomparable de Combray.

— Voilà ce qu’on ne peut obtenir au cabaret, je dis dans les meilleurs : une daube de bœuf où la gelée ne sente pas la colle, et où le bœuf ait pris parfum des carottes, c’est admirable ! Permettez-moi d’y revenir, ajouta-t-il en faisant signe qu’il voulait encore de la gelée. II

 

Bœuf Stroganof du Vatel maison

Je serais curieux de juger votre Vatel maintenant sur un mets tout différent, je voudrais, par exemple, le trouver aux prises avec le bœuf Stroganof. II

 

Gigot à la sauce béarnaise duc de Guermantes

[Le duc de Guermantes :] Ah ! les malades, on a pour eux des petits soins qu’on ne prend pas pour nous. Il y a ce matin un bougre de cuisinier qui m’a fait un gigot à la sauce béarnaise, réussie à merveille, je le reconnais, mais justement à cause de cela, j’en ai tant pris que je l’ai encore sur l’estomac. […] J’ai très mal déjeuné ce matin en descendant de train. Il y avait bien une sacrée sauce béarnaise, mais malgré cela, je ne serai pas fâché du tout, mais du tout, de me mettre à table. III

 

Crème au chocolat Françoise

*…composée expressément pour nous, mais dédiée plus spécialement à mon père qui était amateur, une crème au chocolat, inspiration, attention personnelle de Françoise, nous était offerte, fugitive et légère comme une œuvre de circonstance où elle avait mis tout son talent. I

 

Trempez vos plumes dans les jus, sauces, coulis, liaisons les plus improbables et régalez-nous ! Je m’en pourlèche déjà les babines.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

11 comments to “Baptisez des plats proustiens”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Une petite précision, Patrice : il faut désigner, comme les exemples ci-dessus, des plats ou aliments décrits dans la Recherche, c’est bien cela ?

    Alors, commençons par le commencement :

    « madeleines à la Tante Léonie »

  2. (mais vous avez déjà parcouru le gros de l’histoire : vous ne nous laissez que des miettes, si nous sommes limités à la Recherche);

    néanmoins :

    « Croissant au beurre de 14/18, façon Verdurin »

  3. J’avoue être assez peu inspiré par le sujet. Mais essayons.
    Comme Proust avait l’air de bien aimer les asperges:
    -asperges plumées du matin, pour les restaurants d’Illiers-Combray seulement.
    -asperges à la Elstir, mais celles-là auraient peut-être un goût de peinture.
    Autre possibilité:
    -poires Charlus, variété que Proust aurait pu créer, et qui aurait été si répandue que le baron aurait pu la trouver dans tous les restaurants à n’importe quelle heure

  4. Quelques idées :
    – Crumble de Céline et Victoire (mi figue, mi raisin) : attention la recette est très longue car toute en tergiversations…
    – Cocktail Oriane : 1/8 sirop de violette (d’où une jolie couleur parme), 7/8 Champagne (boisson aristocratique) + un trait d’Angostura ou de citron vert (pour l’amertume ou l’acidité de l’esprit Guermantes
    – Les souliers rouges! : Tomates cerises farcies à la tapenade (olives noires)
    etc.

  5. Comme je n’ai pas d’idées pour nommer les plats proustiens, j’opte pour la Poire Charlus de Fétiveau, que je trouve fort à mon goût pour un savoureux dessert…

  6. Puisqu’il est permis de revenir sur les exemples donnés, je propose sans me torturer les méninges:
    -bœuf carottes en gelée Norpois.
    -gâteaux bac+3 (il s’agit des gâteaux instruits)
    -tartes pipelette.

  7. Au menu du restaurant du grand hôtel de Balbec:
    -salade d’ananas et truffes Oukaze.
    (le directeur du grand hôtel ayant invité un ami et lui ayant servi une salade aux ananas et aux truffes, insistant beaucoup pour qu’il en reprenne, l’invité répond:  » cher ami, voilà un véritable oukase »!)

    • Savoureuse appellation. Pour être précis le plat est de la mère du Héros et le mot du marquis de Norpois. Je le sais d’autant mieux que j’ai moi-même confectionné une telle salade à laquelle j’ai consacré une de mes premières chroniques (voir Pour des papilles proustiennes) — et illustrée, s’il vous plaît !

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et