Proust, Twitter et le BCG

Proust, Twitter et le BCG

 

Expérience : allez sur Twitter et tapez #Proust sur la fenêtre « Recherchez ».

Vous voyez apparaître Gaspard et Marcel côte à côte.

#Proust Twitter

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le premier, c’est un humoriste français qui a pris ce patronyme comme nom de scène, bien qu’il confesse ne pas avoir une admiration particulière pour l’écrivain.

Deux réactions possibles : prendre d’abord un air affligé de voir associés un génie des lettres et un amuseur qui doit son renom à sa participation à une émission de Canal +. Le discours, aussi convenu qu’au point, enchaîne alors sur le nivellement des valeurs…

Il en est une autre, finalement plus adaptée à l’époque : il est inouï qu’un écrivain mort au début du siècle dernier soit encore à la « une » du plus innovant des canaux de communication actuels avec ses messages instantanés limités à cent quarante signes.

Cette modernité de l’éternel Marcel trouve une autre illustration dans un billet du quotidien communiste L’Humanité. Intitulé « Temps perdu », il se désole de voir une photo de Marcel Proust à la une du Figaro économie en illustration d’un article sur le Boston Consulting Group (BCG), l’un des plus prestigieux cabinets de conseil en stratégie d’entreprise et titré « Les cadres apprennent à voir plus loin que le bout de leur nez ».

Proust Figaro éco

 

Extraits : « …les « megatrends » que le BCG a dénichés : vieillissement de la population, robotique, big data, bien-être, customisation. « Ces grandes tendances peuvent être des opportunités ou des menaces pour une entreprise, voire les deux. Ces tendances aident les directions de la stratégie à avoir une vision plus large pour voir ce qui se passe en dehors de leur secteur», estime Alison Sander, senior expert au BCG à Boston, citant Marcel Proust , qui jugea que « la vraie découverte ne consiste pas à trouver de nouveaux territoires, mais à les voir avec des yeux nouveaux ».

Là encore, la réaction la plus pertinente est l’admiration de voir l’auteur de la Recherche immortalisé en tous domaines.

J’ai profité de ces informations glanées sur internet pour plonger plus profond et j’ai trouvé cette pépite dans le même Figaro, cher au cher Marcel. C’est un article du 27 février qui m’avait échappé. Consacré à un livre de Camille Pascal, Les Derniers Mondains (Plon), il est titré : « Les Guermantes ont plus fait pour la France que Louise Michel ». Stupéfiante comparaison, merveilleux Proust.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Moi, je ne connais qu’un groupe à Boston : le Boston Athenæum et son Proust Reading Group auquel participent mes amis Debra Wiess et Pierre Sorel. Sa prochaine réunion (accueillant les « enthousiasts » comme les « aficionados-in-the-making [en gestation] ») est programmée mardi prochain, 24 mars, à midi. Il faudra bien que je fasse un jour le voyage…

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Proust, Twitter et le BCG”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. PS
    Ce est un de mes groupes préférés de lecture, avec le Dr Harder, Hollie. Je prendrai le train de New York mardi, 24. Peut-être, je reviendrai avec une photo de Debbie et Pierre. 😉

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et