Chartres, sa cathédrale et moi

Chartres, sa cathédrale et moi

 

Même si le souvenir s’est estompé, je crois bien avoir, lycéen, fait un pèlerinage à Chartres. L’aumônier du lycée Pasteur de Neuilly s’appelait Xavier de Chalendar. Dominant la plaine de la Beauce, la cathédrale s’était dévoilée au regard plus de dix kilomètres avant notre arrivée — comme annoncé.

 

Je ne pensais pas alors que, choisissant de venir vivre à Illiers-Combray, j’habiterais un jour non loin d’elle — ajoutant ses merveilles au motif proustien de mon installation.

 

Tout passage à Chartres m’est l’occasion de la saluer — même d’une chambre d’hôpital.

00 Vue de l'hôpital

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma cathédrale à moi, ce sont ses piliers…

01 Piliers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… au sol, son dallage auréolé de lumière…

02 Pavement avec cercle de lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… au sommet atteint après trois cent marches, la flèche du vieux clocher et ses 105 mètres…

03 La flèche de la tour sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… Notre-Dame de la Belle Verrière…

04 Notre-Dame de la Belle Verrière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est pas parce qu’il est absent de la Recherche que je vais me priver de citer « le bleu de Chartres ». Au Moyen Âge, le bleu des vitraux romans est réalisé à partir d’un bleu très cher, le « cafre » (que l’on appellera bien plus tard le bleu de cobalt). Ce « bleu roman » très lumineux, mis au point dans les années 1140 sur le chantier de la basilique Saint-Denis, est utilisé par la suite à Chartres. L’exemple le plus connu date de 1180 avec cette Notre-Dame de la Belle Verrière.

 

Des milliers de personnages figurés à Chartres, mon préféré est plus modeste. C’est un gisant blanc au bas d’un vitrail de derrière le chœur, dans l’abside.

05 Gisant blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cathédrales, comme les pyramides et autres édifices monumentaux célébrant dieu ou des dieux, fascinent pour la foi qui a animé leurs bâtisseurs. Que leur œuvre échappe à l’œil humain ne les a pas préoccupé. Sans appareil photo ultra plat se glissant entre un pilier et une petite niche, il est impossible d’admirer ce cerf de pierre :

06 Cerf

 

 

 

 

 

 

 (Photos PL)

 

 

De loin comme de très près, admirable cathédrale de Chartres !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Chartres, sa cathédrale et moi”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. MERCI pour cette leçon de bleue. Souhaitant que cette journée le soit aussi….

  2. Le Cerf a été placé là pour ne pas être dévoilé, certains secrets doivent rester cachés.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et