Prendre le beau train d’1h 22

Prendre le beau train d’1h 22

 

Beau, peut-être, pratique, c’est discutable…

 

Grand client des chemins de fer — pour aller à Balbec ou à Venise —, le Héros d’À la recherche du temps perdu a visiblement du temps à perdre.

Avec l’aide de mon frère cadet, Olivier, j’ai voulu tracer le trajet de ce train dont on sait qu’il a, d’un volume à l’autre, des horaires variables — 1 h 22, 1 h 35, 1 h 50 — (voir la chronique Proust a besoin d’une bonne montre). Voici la preuve qu’une bonne carte ne serait pas de trop.

 

Les mots d’abord :

*J’aurais voulu prendre dès le lendemain le beau train généreux d’une heure vingt-deux dont je ne pouvais jamais sans que mon cœur palpitât lire, dans les réclames des Compagnies de chemin de fer, dans les annonces de voyages circulaires, l’heure de départ : elle me semblait inciser à un point précis de l’après-midi une savoureuse entaille, une marque mystérieuse à partir de laquelle les heures déviées conduisaient bien encore au soir, au matin du lendemain, mais qu’on verrait, au lieu de Paris, dans l’une de ces villes par où le train passe et entre lesquelles il nous permettait de choisir ; car il s’arrêtait à Bayeux, à Coutances, à Vitré, à Questambert, à Pontorson, à Balbec, à Lannion, à Lamballe, à Benodet, à Pont-Aven, à Quimperlé, et s’avançait magnifiquement surchargé de noms qu’il m’offrait et entre lesquels je ne savais lequel j’aurais préféré, par impossibilité d’en sacrifier aucun. I, 274

 

La traduction en image maintenant du trajet :

491 Train d'1 h 22, trajet

De zig en zag, on n’est pas près d’arriver !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

6 comments to “Prendre le beau train d’1h 22”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Il me semble que si le train va de Pontorson à Lannion en passant par Balbec, il serait plus logique de le placer sur la côte nord de la Bretagne, ce qui rendrait le trajet du train un peu moins farfelu. Il est vrai que si le directeur du Grand Hôtel vient accueillir le narrateur à la gare de Pont-à Couleuvre (qui se trouve dans l’Aisne) lors de son deuxième séjour à Balbec, ça rend les choses un peu compliquées.

  2. On pourrait dire aussi que Balbec, en direction de la Bretagne, est une station située précisément à cet endroit stratégique et mythique : je veux dire qu’il y a six gares, de là à Vannes.

    Bon d’accord, je sors.

    • De même, Proust qui aimait tant Sarah Bernhardt aurait pu acheter le petit banc sur lequel l’artiste s’asseyait quand elle était enfant, le siège de Sarah gosse…

  3. Patrice, heureusement que Marcel Proust s’est autorisé à reproduire un » comble » (l’édit de Nantes) et quelques calembours dans la Recherche, ça devrait nous permettre de ne pas trop rougir ! (sourire).

    Bonne journée à vous.

  4. Au risque qu’on me prenne pour Cottard, je me pose une question: Lady de Nantes et Sarah Gosse n’étaient-elles-pas amies d’enfance?

  5. Délibérément ou à son insu, notre Marcello est (aussi) un farceur.
    Merci pour votre blog : j’écrivais un texte, non pas sur Proust, mais à-la-manière-de (et à ma manière à moi), où sa maman l’a mis dans le train, et je cherchais l’heure exacte du « beau train généreux ». Google m’a fort opportunément envoyé sur vos terres. Je vais choisir 1h22.
    Proust rend fou, c’est connu, mais d’une folie saine, la vôtre ou la mienne, moi qui ai publié, entre autres, pas moins de trois livres de fiction où je m’approprie le plus célèbre « Je » de la littérature : Proustites (P.O.L), Petits proustillants (PUF), Proustissimots (Champ Vallon).

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et