Longtemps, je me suis levé de bonne heure

Longtemps, je me suis levé de bonne heure

 

Rien ne m’y prédisposait, mais c’est ainsi : je suis un lève-tôt, mieux : un lève-très tôt, voire un lève-trop tôt.

Journaliste quatre décennies durant, j’ai travaillé de nuit la moitié du temps. C’était à la radio, membre de l’équipe du matin au service des auditeurs pour accompagner leur réveil. Présenter les journaux de 5 h à 9 h impose de quitter son lit à 2 h. Ensuite, ce fut la rédaction en chef, dans différentes stations, toujours pour cette tranche horaire reine.

Aujourd’hui, le pli est pris et s’il m’arrive de me lever à 7 h, je considère faire la grasse matinée !

 

C’est donc avant l’aube que j’ai le bonheur de vous adresser mes chroniques quotidiennes.

Voilà à quoi ressemble ma maison d’Illiers-Combray à ce moment-là…

IMG_8179

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… et la nuit partie :

IMG_8183

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que la journée vous soit belle, tel est mon souhait.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Longtemps, je me suis levé de bonne heure”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Vous êtes donc, à mon sens, un homme-oiseau !

    Voici pourquoi (tiré du site Imago Mundi, encylopédie en ligne) :

    « Aucune créature n’a une vie aussi active que l’oiseau, aucune n’emploie tout son temps d’une façon aussi complète que lui. Le jour le plus long lui est insuffisant, la nuit la plus courte lui est encore trop longue ; toujours actif, il ne peut passer la moitié de sa vie à rêver ou à dormir ; il veut vivre tout le temps qui lui a été accordé.

    Tous les oiseaux se réveillent de bonne heure. La plupart ne dorment déjà plus lorsque les premières lueurs de l’aurore viennent rougir l’horizon, et c’est à peine s’ils distinguent alors le jour de la nuit. A minuit, on entend encore la voix du coucou, et à une heure du matin, il reprend son chant pour passer tout le jour sans repos. Qu’on parcoure les forêts d’Europe par une matinée d’été : il ne fait pas jour encore, et déjà cependant s’élèvent de tous côtés les chants des oiseaux, pour ne s’apaiser que bien après le coucher du Soleil. Quelques heures dans la nuit, quelques minutes pendant la journée, c’est tout ce qu’ils consacrent au sommeil. »

  2. Ça me va !

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et