Proust aux Champs-Élysées

Proust aux Champs-Élysées

 

C’était the place to be le soir de la Saint-Sylvestre et le 1er de l’An.

422 1 Champs-Elysées 2015

 

Les Champs-Élysées sont, autant que la Tour Eiffel, un symbole parisien, « plus belle avenue du monde » de la « Ville Lumière ».

Je lisais hier un article à eux consacré dans M le magazine du Monde, signé Benoît Hopquin. Et j’ai eu un hoquet : « Comment garder cette spécificité, écrit-il, ce cachet des Champs qui, depuis Balzac et plus sûrement Proust, en font un lieu de sortie, où on vient pour voir et être vu ? »

J’ai eu le sentiment que l’excellent confrère mélangeait les jardins des Champs- Élysées et la partie commerçante objet de son papier.

(Photo PL)

(Photo PL)

 

Les premiers sont bien le décor des jeux d’enfant du Héros d’À la Recherche du Temps perdu, avec sa pelouse, ses chevaux de bois, son guignol, son pavillon grillagé et sa tenancière, son cirque, son odeur de vieux bois, ses pigeons, sa marchande de sucre d’orge et sa vieille lectrice des Débats roses amoureuse des lieux : « «Brava ! Brava ! ça c’est très bien, je dirais comme vous que c’est chic, que c’est crâne, si je n’étais pas d’un autre temps, du temps de l’ancien régime, s’écria la vieille dame prenant la parole au nom des Champs-Élysées silencieux pour remercier Gilberte d’être venue sans se laisser intimider par le temps. Vous êtes comme moi, fidèle quand même à nos vieux Champs-Élysées ; nous sommes deux intrépides. Si je vous disais que je les aime, même ainsi. Cette neige, vous allez rire de moi, ça me fait penser à de l’hermine ! »

C’est là aussi que le vieux maréchal de Guermantes offre à l’enfant une pastille de chocolat, que l’adolescent se promène avec sa grand’mère, près d’un « massif de laurier » (III) ; que près de l’avenue Gabriel elle a une attaque (III) ; qu’un huissier de la princesse de Guermantes rencontre le duc de Châtellerault (IV) ; que M. de Bréauté y trouve le chapeau d’Odette ridicule (VII)…

422 3 Champs-Elysées, Guignol

 

Mais il est vrai que son amie Gilberte Swann habite « le douloureux quartier des Champs-Élysées » (I) ; que le Héros achète une potiche chez un marchand de chinoiserie « au coin » des Champs-Élysées (II) ; que son cocher dépasse « le coin de la rue de Berri » (II) ; que Mme Swann croit avoir aperçu sa fille « avenue des Champs-Élysées » ; qu’il la voit lui-même avec un jeune homme (II) — en fait « Léa habillée en homme » (VII) ; que le duc de Guermantes y retrouve sa maîtresse (III) ; qu’en « essayant de descendre l’avenue des Champs-Élysées », une voiture entre « dans un massif du Rond-Point » (III) ; que Rachel y passe le matin (III)…

422 4 Champs-Elysées, fiacres

 

Au total, 110 occurrences de « Champs-Élysées ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et