Ouvrez les guillemets

Ouvrez les guillemets

 

Il suffit de demander…

Un internaute que je ne connais que comme « fetiveau » me lance un défi : « Est-il possible de savoir combien de fois dans la Recherche les propos du Narrathéros sont rapportés directement entre guillemets et non sous la forme : je demandai à la duchesse… ou je dis à ma mère… etc. Si du moins une telle recherche ne vous paraîtrait pas du temps perdu. »

« »

 

Ce correspondant m’honore de ses commentaires depuis un mois et demi, toujours enrichissants.

Comment ne pas obtempérer ? Mais, d’emblée, je préviens que le résultat n’est pas forcément « parlant », si j’ose dire.

 

Les guillemets sont un signe typographique de ponctuation. Ils ont plusieurs fonctions : introduire et clore une citation, marquer un passage en langue étrangère, indiquer que le terme ou l’expression qu’ils encadrent n’a pas sa signification littérale ou habituelle, prendre ses distances avec le terme ou l’expression mise en exergue. Dans ces derniers cas, on parle de guillemets ironiques.

 

Dans la Recherche, de tous ces genres, des guillemets, on en compte 6 521 ouvrants et 6 506 fermants. Le détail : I : 770/767 ; II : 1 046/1 043 ; III : 1 047/1 045 IV : 1 511/1 501 ; V : 887/884 ; VI : 433/431 ; VII : 827/835.

Si l’on considère que les prises de parole représentent le plus grand nombre de guillemets (ce qui n’est pas sûr, mais je n’ai pas les outils pour le vérifier), Sodome et Gomorrhe serait le tome le plus « bavard » suivi à égalité par À l’ombre des jeunes filles en fleurs et Le Côté de Guermantes.

 

Seulement, il est un autre signe typographique qui introduit les répliques des dialogues : le tiret long ou cadratin. Il est placé en début de ligne. Il ne doit pas être employé en double des guillemets.

Mais voilà, lui aussi a plusieurs rôles : il encadre les propositions incises, quasi équivalent des parenthèses, étant considéré plus littéraire qu’elles.

 

On compte 4 775 tirets dans la Recherche. Le détail : I : 846 ; II : 834 ; III : 1271 : IV : 871 ; V : 585 ; VI : 364 ; VII : 4.

Avec les mêmes précautions, Le Côté de Guermantes serait le plus « dialogué » des volumes, tandis que Le Temps retrouvé ne le serait pratiquement pas.

 

J’ai fait ce que j’ai pu.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : J’aime beaucoup « Narrathéros ».

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et