Clochers

Tags :

Clochers

 

Certains sont aussi célèbres que des personnages vivants…

La vedette, est sans conteste le clocher de Saint-Hilaire de Combray.

Clocher St H 1 Clocher St H 2 Clocher St H 3

 

 

La Recherche ne cesse de tourner autour, mais il n’est pas seul.

Le mot est utilisé 65 fois, présent dans tous les tomes (sauf La Fugitive).

 

La plupart de ces clochers sont identifiés. Il y a donc en plus de celui de Combray :

*les deux clochers ciselés et rustiques de Saint-André-des-Champs, eux-mêmes effilés, écailleux, imbriqués d’alvéoles, guillochés, jaunissants et grumeleux, comme deux épis ;

*le clocher de Roussainville ;

*les deux de Martinville et le clocher retardataire de Vieuxvicq ;

*le fin clocher de Balbec ;

*les clochers de Méséglise et Guermantes ;

*les deux antiques clochers de Saint-Mars-le-Vêtu d’un rose saumon, aux tuiles en losange, légèrement infléchis et comme palpitants, avaient l’air de vieux poissons aigus, imbriqués d’écailles, moussus et roux, qui, sans avoir l’air de bouger, s’élevaient dans une eau transparente et bleue ;

*le clocher de Grianta (pas cité) dans la Chartreuse de Parme, où l’abbé Barnès s’occupe d’astrologie et d’où Fabrice jette un si beau coup d’œil.

 

Ding, dong, ding, dong, ding, dong.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et