Plume ou stylo ?

Tags :

Plume ou stylo ?

 

Avec quoi Proust écrivait-il ? Une plume ou un stylographe ?

Son œuvre ne nous livre aucune indication. Elle nos parle deux fois de « porte-plume » (une dans Du côté de chez Swann, l’autre dans Sodome et Gomorrhe), mais sans qu’on puisse arguer qu’il en utilise un. De même, l’absence du mot stylo (attesté en France, en 1907 selon Wikipédia, en 1912 d’après le Robert), ne prouve rien.

Seule indication : Marcel se sert d’encre, de façon maladroite même si l’on en croit cet extrait du premier opus : « c’était vers la semaine qui commençait le lundi où la blanchisseuse devait rapporter le gilet blanc que j’avais couvert d’encre ».

Mais où la met-il ? Sur une plume Sergent-Major ou dans un réservoir ? Mystère.

 

Il existe bien un stylo Mont-Blanc, mais ce n’est qu’un hommage (à 2 000 €), pas une réplique.

Montblanc

 

Faut-il opter pour la plume ?

Plume

 

Qui lèvera le voile sur ce qui lui permettait de faire des pleins et des déliés ?

699613-13-proust

 

Aujourd’hui, c’est la bouteille à l’encre.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : la lumière est venue du livre de souvenirs de Céleste Albaret, Monsieur Proust, où elle décrit la « table de nuit ancienne en palissandre et à battants que ne quittaient jamais ses affaires de travail : ses manuscrits, ses carnets de notes, son encrier d’écolier, ses porte-plume, sa montre, la lampe de chevet et, plus tard, plusieurs paires de lunettes. »

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et