Fiche — Jeune fille aux rendez-vous codés, une

Jeune fille aux rendez-vous codés, une [IV]

Jeune fille française

 

Personnage fictif.

Homosexuelle.

 

 

À Balbec, lors du deuxième séjour du Héros, Albertine brouille les pistes pour donner des rendez-vous lesbiens. D’abord, elle se montre froide et sans intention devant la jeune fille convoitée. Ensuite, toujours glacée, elle donne des indications horaires sur ses activités permettant à la jeune fille de se trouver au bon endroit à la bonne heure : au tennis à 17 heures, à la plage à 8 heures. Enfin, elle s’en va à toute vitesse à vélo, peut-être, craint le Héros, retrouver l’objet aimé.

 

 

*Quant à Albertine, je ne peux pas dire que nulle part, au Casino, sur la plage, elle eût avec une jeune fille des manières trop libres. Je leur trouvais même un excès de froideur et d’insignifiance qui semblait plus que de la bonne éducation, une ruse destinée à dépister les soupçons. À telle jeune fille, elle avait une façon rapide, glacée et décente, de répondre à très haute voix : «Oui, j’irai vers cinq heures au tennis. Je prendrai mon bain demain matin vers huit heures», et de quitter immédiatement la personne à qui elle venait de dire cela — qui avait un terrible air de vouloir donner le change, et soit de donner un rendez-vous, soit plutôt, après l’avoir donné bas, de dire fort cette phrase, en effet insignifiante, pour ne pas «se faire remarquer». Et quand ensuite je la voyais prendre sa bicyclette et filer à toute vitesse, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’elle allait rejoindre celle à qui elle avait à peine parlé. (IV, 177)

 

 


CATEGORIES : Homosexuel(le), Personnage fictif/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et