Anagramme (et pire)

Anagramme (et pire)

 

Je ne suis pas fanatique de cette figure de style qui permute les lettres de mots pour en extraire un sens nouveau.

Une amie, Béatrix, m’en signale une signée Étienne Klein, physicien, et Jacques Perry-Salkow, musicien de jazz. Ce sont les signataires d’un livre publié en 2011 par Flammarion, Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde.

Grâce à eux, « la madeleine de proust » devient « un don idéal au temps réel ».

J’ajouterai à cette jolie trouvaille : et inversement !

 

Pour continuer dans l’esprit potache, j’ai pensé cette nuit à ces quelques variations sur la première phrase d’un livre la plus célèbre du monde (avec « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre ») :

Content, je me suis gâté de bonheur.

Fondant, je me suis lêché de bon beurre.

Gonflant, je me suis vanté tombeur.

Long banc, je me suis posé le postérieur.

Pondant, je me suis vidé de bons œufs.

 

J’arrête avant que quelqu’un me dise que c’est de l’enfantillage — et il aura raison !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Anagramme (et pire)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. 20111 diable! Vous ne perdez pas le temps.
    Pour les anagrammes, j’avais pensé pour ma part:
    Longtemps je me suis douché de bonheur (en lisant la Recherche).
    ou:
    Longtemps je me suis mouché de bonheur ( pleurant de bonheur en lisant la recherche).
    Il y a une autre possibilité avec la désinence -ouche, mais là je m’abstiens, car de mauvais esprits pourraient croire que j’en suis resté à la garde robe de tante Léonie, et d’autre part je risquerais les foudres du modérateur.

  2. Longtemps, je me suis cachée des râleurs

    (mais on peut faire plus capillotracté) :

    « Bon sang, je me suis planté d’artilleur ! » (Charlus chez Jupien !)

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et