Des nez

Des nez

Commençons par la fin…

Les allusions au nez de certains personnages d’À la Recherche du Temps perdu peuvent être nauséabondes. Alors, offrons-nous d’abord un sourire avec une remarque que le baron de Charlus adresse, hilare au Héros, dans Le Temps retrouvé :

*La soif du sang noble affole une certaine populace qui en cela se montre plus raffinée que les lions. Vous savez que pour ces animaux il suffirait pour qu’ils se jetassent sur elle que Mme Verdurin eût une écorchure sur son nez. Sur ce que dans ma jeunesse on eût appelé son pif ! » Et il se mit à rire à gorge déployée comme si nous avions été seuls dans un salon.

 

Avec Proust, ce n’est pas une tirade, mais une revue de détails des nez :

I : busqué, recourbé, court et mutin, proéminent, légèrement froncé, frémissant et rouge,

II : nervuré, rouge, rouge en forme de coquille de colimaçon, en colimaçon, arrêté, busqué, très busqué, un peu fort, d’une forme fine et charmante, droit, comme un bec de poussin, pareil à une vaguelette, pointu, étroit,

III : gros nez rouge, busqué, en bec d’oiseau, en bec de faucon, gigantesque comme une pyramide d’Égypte, grec, raviné, si fin si pur, charmant, — rebelle, poussant, comme les capucines, dans des directions imprévues, fait penser au nez de Mascarille plutôt qu’à celui de Salomon [le Juif], un peu rouge, noblement arqué, joli, tout petit, trop grand,

IV : fort, parfait, — le nez de polichinelle de Swann, longtemps résorbé dans un visage agréable, semblait maintenant énorme, tuméfié, cramoisi, plutôt celui d’un vieil Hébreu que d’un curieux Valois —, immense, rose et levé, — son nez avait choisi, pour venir se placer de travers au-dessus de sa bouche, peut-être la seule ligne oblique, entre tant d’autres, qu’on n’eût eu l’idée de tracer sur ce visage, et qui signifiait une bêtise vulgaire, aggravée encore par le voisinage d’u teint normand à la rougeur de pommes [M. de Cambremer] —, de travers, petit nez rose de chatte, mutin,

V : rouge et bossu, petit nez rose, très dessiné, arqué, dont le froncement est aussi dénué de signification que celui d’une fleur, droit formant protubérance, amusant, rouge et bossu,

VI : vilain nez, un petit nez bien modelé

VII : un busquage imprévisible du nez / ce nez juif disparaissait comme semble presque droite une bossue bien arrangée / son nez restait fort et rouge / « Au lieu de votre beau nez droit on vous a fait le nez crochu de votre père que je ne vous ai jamais connu. » En effet, c’était un nez nouveau et familial / Elle restait une Marie-Antoinette au nez autrichien / Ce nez charmant, légèrement avancé en forme de bec /

Et je passe sur ligne, papilles, narines, aile, fil effilement, bout, cassure…

À vue de nez, ça en fait beaucoup.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et