Hue cocotte (2) : les voitures à cheval

Les voitures à cheval

 

La série de chroniques à suivre se parcourra au pas ou au trot — de grâce, pas au galop, pour ne pas se rompre le cou. Une Albertine suffit.

 

Des moyens de se déplacer évoqués dans À la Recherche du Temps perdu (attelés, bicyclettes, automobiles, fiacres, omnibus, train, tram, bateau, avion), intéressons-nous aux véhicules hippomobiles. C’est l’autre nom des voitures à cheval, à deux ou quatre roues, dont la traction est assurée par un ou plusieurs chevaux.

Nous croiserons principalement des voitures de loisirs destinés aux promenades, découvertes mais pouvant disposer de capotes (cabriolet, calèche, phaéton, victoria) ; d’autres couvertes (carrosse, coupé, landau), mais certaines susceptibles d’être « décapotables » (comme on ne disait pas alors).

 

Mais commençons par des gens qui n’ont pas de voiture : la famille du Héros.

*L’ennui de Françoise avait été vite guéri par Jupien précisément, car il lui procura tout de suite un plaisir aussi vif et plus raffiné que celui qu’elle aurait eu si nous nous étions décidés à avoir une voiture. « Du bien bon monde, ces Julien (Françoise assimilant volontiers les mots nouveaux à ceux qu’elle connaissait déjà), de bien braves gens et ils le portent sur la figure. » Jupien sut en effet comprendre et enseigner à tous que si nous n’avions pas d’équipage, c’est que nous ne voulions pas. […] Elle lui montrait la calèche attelée en ayant l’air de dire : « Des beaux chevaux, hein ! » mais tout en murmurant : « Quelle vieille sabraque ! » et surtout parce qu’elle savait qu’il allait lui répondre, en mettant la main devant la bouche pour être entendu tout en parlant à mi-voix : « Vous aussi vous pourriez en avoir si vous vouliez, et même peut-être plus qu’eux, mais vous n’aimez pas tout cela. » III

 

Voiture est omniprésente dans la Recherche, utilisée par exemple quarante-huit fois dans Du côté de chez Swann — deux fois pour automobile.

 

Qui roule en voiture ?

La dame en rose : une voiture attelée de deux chevaux qui avaient aux œillères un œillet rouge comme avait le cocher à sa boutonnière — « donnée » selon le Héros par quelque « millionnaire.

L’oncle : une voiture découverte

Françoise : une voiture — une calèche — offerte par Mme Octave (tante Léonie), selon Eulalie

Une amie de Legrandin : une voiture avec cocher

L’amie de Mlle Vinteuil : une voiture

Le docteur Percepied : une voiture — Il est possible que la voiture de ce bon médecin soit un cabriolet (mot absent de la Recherche) qui, de tradition, servait à se promener comme pour se rendre au chevet des malades.

Swann : une voiture avec un cocher, Rémi + un autre cocher car Odette n’aime pas Lorédan (surnom du premier)

Les Verdurin : une voiture

Odette : une voiture

La mère du Héros : elle passe en voiture (sans doute un fiacre, la famille n’en disposant pas)

La Berma : une voiture attelée de deux chevaux à longue crinière

Mme Bontemps : une voiture à cocarde

La princesse de Luxembourg : une voiture qui sentait l’horizontale d’une lieue, et comme n’en ont que ces demoiselles, est venue tantôt pour voir la prétendue marquise, selon la femme du Premier président de la Cour d’appel de Caen.

Mme de Villeparisis : une voiture

 

Demain, le carrosse.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et