Hue cocotte (3) : le carrosse

Tags :

Le carrosse

 

Des esprits simples pourraient penser que, pleine d’altesses, la Recherche serait encombrée de carrosses.

Il n’en est rien. Seuls deux extraits évoquent ce véhicule d’apparat de la cour, avec banquettes en vis-à-vis, portières et glaces, utilisé ensuite par l’aristocratie et la bourgeoisie fortunée. Lourd et couvert, le carrosse, issu du coche, est muni de suspensions et d’une direction par cheville ouvrière. Les deux essieux sont réunis par une poutre centrale.

02 Carrosse

 

*On passait, rue de l’Oiseau, devant la vieille hôtellerie de l’Oiseau flesché dans la grande cour de laquelle entrèrent quelquefois au XVIIe siècle les carrosses des duchesses de Montpensier, de Guermantes et de Montmorency quand elles avaient à venir à Combray pour quelque contestation avec leurs fermiers, pour une question d’hommage. I

 

*Je dois reconnaître qu’au milieu de toutes ses « rosseries », Mme de Guermantes eut pourtant une phrase gentille.

— Il n’a pas toujours été comme cela, dit-elle. Avant de perdre la raison, d’être, comme dans les livres, l’homme qui se croit devenu roi, il n’était pas bête, et même, dans les premiers temps de ses fiançailles, il en parlait d’une façon assez sympathique comme d’un bonheur inespéré : « C’est un vrai conte de fées, il faudra que je fasse mon entrée au Luxembourg dans un carrosse de féerie », disait-il à son oncle d’Ornessan qui lui répondit, car, vous savez, c’est pas grand le Luxembourg : « Un carrosse de féerie, je crains que tu ne puisses pas entrer. Je te conseille plutôt la voiture aux chèvres. » Non seulement cela ne fâcha pas Nassau, mais il fut le premier à nous raconter le mot et à en rire. I

 

Puisque Proust nous entraîne d’un extrême à l’autre, suivons-le avec l’autre évocation de cette voiturette tirée par deux chèvres. À Paris, c’était une attraction du jardin des Champs-Élysées.

Voiture aux chèvres des Champs-Elysées

Voiture aux chèvres des Champs-Elysées

 

*Un jour, comme je m’ennuyais à notre place familière, à côté des chevaux de bois, Françoise m’avait emmené en excursion — au delà de la frontière que gardent à intervalles égaux les petits bastions des marchandes de sucre d’orge — dans ces régions voisines mais étrangères où les visages sont inconnus, où passe la voiture aux chèvres ; I

 

D’autres de ces modèles réduits existaient aux jardins des Tuileries, du Luxembourg et d’Acclimatation, au bois de Vincennes) et dans d’autres villes (devant le palais de Justice à Marseille, place Bellecour à Lyon, square Saint-Roch au Havre, au jardin de la Brêche à Niort…).

Voiture aux chèvres, ombres chinoises

Voiture aux chèvres, ombres chinoises

 

Demain, la calèche.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et