Hue cocotte (13) : la chaise de poste

Tags :

Chaise de poste

 

La chaise de poste est une voiture hippomobile apparue vers 1664  sous le ministère de Colbert, qui vient de la chaise destinée à transporter une personne seule, elle-même venant de la chaise à porteurs. C’est un véhicule léger, à deux roues : une chaise roulante pour une personne, tirée par un cheval. Sa légèreté est un atout essentiel pour le rôle qu’on lui attribue, celui de courir la poste, c’est-à-dire voyager rapidement avec des chevaux de poste.

La chaise de poste a une caisse qui descend très bas entre les brancards, ce qui a pour effet d’interdire les portières de côté. On entre dans la chaise par l’avant, où se trouve soit une portière, soit une pièce de cuir nommée soufflet. Un portemanteau, ou magasin, est aménagé derrière le dossier pour ranger les manteaux ou les objets nécessaires au passager. La caisse est délibérément construite très étroite, de façon à ce que le passager soit littéralement coincé entre les parois, pour lui éviter les désagréments des fortes secousses de la route. La caisse est suspendue entre les brancards, à l’avant par des soupentes en cuir réglables, et à l’arrière soit par des ressorts dits à l’écrevisse(chaise à l’écrevisse), soit par des ressorts à la Dalesme (chaise à cul de singe).

16 Chaise de poste

 

*« Quelle est cette voiture plus ou moins imaginaire ? me dit-il [Charlus] avec insolence et un dernier espoir. — C’est une chaise de poste ouverte et qui doit être déjà arrivée à la Commanderie. » IV

 

Demain le cocher et son aide.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et