Horrible Orléans ?

Horrible Orléans ?

 

Pourquoi tant de haine ?

 

Victor Hugo, dans son Voyage vers le Rhin, attaque fort : « On dirait cette odieuse église d’Orléans qui de loin promet tant et de près déçoit toutes ses promesses ».

 

Marcel Proust, qui a fait son service militaire à Orléans (2e classe, au 1er bataillon de la 2e compagnie du 76e régiment d’infanterie), n’est pas plus tendre. Dans À la Recherche du temps perdu, Orléans est tout à la fois un quai parisien (où Swann habite), une famille royale (un comte, des princes, des ducs, des duchesses, une princesse), une gare et une cathédrale.

 

*[Charlus :] Je change ainsi jusqu’à trois, quatre fois de « voiture ». Je m’échoue parfois à onze heures du soir à la gare d’Orléans, et il faut revenir ! Si encore ce n’était que de la gare d’Orléans ! Mais une fois, par exemple, n’ayant pu entamer la conversation avant, je suis allé jusqu’à Orléans même, dans un de ces affreux wagons où on a comme vue, entre des triangles d’ouvrages dits de « filet », la photographie des principaux chefs-d’œuvre d’architecture du réseau. Il n’y avait qu’une place de libre, j’avais en face de moi, comme monument historique, une « vue » de la cathédrale d’Orléans, qui est la plus laide de France, et aussi fatigante à regarder ainsi malgré moi que si on m’avait forcé d’en fixer les tours dans la boule de verre de ces porte-plume optiques qui donnent des ophtalmies. IV

 

Maudite cathédrale Sainte-Croix : « odieuse église » pour l’un, « la plus laide de France » pour l’autre », mérite-t-elle cette réputation désastreuse ?

152 Orléans, Cathédrale

 

À Orléans, la première église est édifiée en 330. Elle est pillée en 865 et reconstruite deux décennies plus tard. Un incendie la détruit, ainsi qu’une partie de la ville, en 989. Au XIIe siècle, une cathédrale romane est édifiée mais elle s’effondre en 1227.

La première pierre d’une nouvelle cathédrale, gothique, est posée en 1288. Les Huguenots la détruisent en 1568. Une nouvelle première pierre est posée en 1601. Les travaux se succèdent jusqu’à la Révolution. Il ne manque alors que les deux tours et le chantier ne redémarre qu’en 1817. Le clocher, s’inclinant de façon dangereuse, est détruit en 1854 et renaît quatre ans plus tard.

 

Tant de vicissitudes plaident pour l’indulgence envers un édifice victime d’une injustice séculaire, comme l’a détaillé La République du Centre au printemps 2013 :

« L’histoire de Sainte-Croix, c’est celle d’une injustice remontant aux premiers jours. Bâti (du XVII e au XIX e siècle) à contre-courant de son temps, dans un style gothique – qu’on qualifie de « flamboyant », à juste titre. Alors que la mode est passée au style Renaissance, puis romantique. L’édifice religieux hérite d’une image « has-been ». Mais le coup de grâce, c’est « l’affaire de l’Hôtel-Dieu ». Le vieux bâtiment hospitalier, disparu des abords de la cathédrale Sainte-Croix, tombe en 1846 sous les coups des démolisseurs. Malgré les protestations de contemporains de poids. »

 

Hugo et Proust en sont l’écho.

Sévères, Victor et Marcel !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Horrible Orléans ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Eh! oui, je confirme, étant orléanaise, que cette cathédrale n’est pas très belle! On a beau la rénover, la toiletter…
    Il faut dire quand même que ses grandes orgues ont été remises en état, et que nous avons de magnifiques concerts.
    Et les cloches? toutes neuves et carillonnantes!

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et