P comme Proust et comme PSG

P comme Proust et comme PSG

 

Proust accommodé à toutes les sauces…

 

Le mensuel Onze Mondial est consacré au football. Dans son numéro d’octobre, il propose une interview d’un certain Thibaud Leplat, auteur d’un livre sur le PSG, Ici c’est Paris, chez Solar.

Il répond à des questions essentielles telles que :

— Tu ne trouves pas que cela a été trop vite, le club aurait pu laisser Kombouaré se battre jusqu’au bout pour le titre par exemple.

— Quand Leonardo était capable de ramener un Marco Verratti, aujourd’hui le PSG se retrouve à recruter un Cabaye qui apporte -pour le moment- une plus value relativement faible sur le terrain.

— T’as pensé quoi des déclarations de Thiago Motta au sujet de la Coupe des Coupes ?

Et au détour d’une réflexion footballistique, il se lance :

« Pour écrire ce bouquin j’ai lu Proust et Balzac par exemple. Je ne dis pas ça pour me jeter des fleurs mais pour comprendre le foot, il faut comprendre sa position sociale. Je me suis donc penché sur la question de la mémoire. Le grand auteur français qui a parlé de la mémoire, c’est Marcel Proust. Il a parlé des souvenirs, des mythes fondateurs, de ce que c’est d’avoir des héros qu’on admire. »

Bien au-delà de son œuvre, Proust est souvent la référence ultime. Ce matin, dans Les Échos, Frank Gehry parle de son « monument de verre », futur cadre de la Fondation Louis Vuitton au Bois de Boulogne. L’architecte reprend une formule déjà utilisée (Cf. la chronique Voir Proust partout (encore !) : « J’ai pensé à Marcel Proust, et à la « Recherche du temps perdu »… »

 

Sur le site du Boston Globe, Charlie Baker, candidat républicain au poste de gouverneur du Massachusetts « takes the Proust Questionnaire ». Explication du journal : « In the heat of an election’s final weeks, it’s easy to lose sight of the fact that there are actual, complex, likable people behind the invective. So this week, to remind us of who they are, the candidates for governor submitted themselves — with disarming generosity — to the Proust Questionnaire. So-called because the French writer Marcel Proust took it, the quiz is a fixture in Vanity Fair magazine, from which this version has shamelessly been cribbed. » Traduction inutile…

 

À propos de Boston, je reçois un courrier de Debra Weiss, membre du Boston Athenæum, vénérable institution culturelle, qui dit joliment qu’elle s’« intéresse beaucoup aux choses proustiennes et qu’elle est l’auteur d’une « piece d’un acte a 7 personnages et dure un peu plus d’une heure.  Elle traite l’occasion de la seule rencontre que Proust a eu avec James Joyce lors d’un diner dans une salle privee a l’Hotel Majestic pour feter la premiere du nouveau ballet de Stravinsky Le Renard presente par les Ballets Russes a l’Opera Garnier le 18 mai 1922.  Diaghilev, Stravinsky et Picasso ont ete les autres invites de marque ce soir et ils sont tous dans la piece avec les Schiff les hotes de la soiree.  La piece intitulee PROUST AND JOYCE AT THE MAJESTIC/PROUST ET JOYCE A L’HOTEL MAJESTIC existe en anglais et en francais. »

C’est bien plus charmant sans les accents !

Proust / Joyce

 

 

Chère Debbie, j’ai hâte de la lire et de la voir — et de vous recevoir à Illiers-Combray puisque vous me confiez voyager souvent en France et souhaiter venir chez tante Léonie.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et