Fiche —  Sœur du prince de Chimay (Élisabeth, comtesse Greffuhle)

Tags :

Sœur du prince de Chimay (Élisabeth, comtesse Greffuhle) [IV]

Aristocrate française

 

Personnage réel.

(1860-1952) Âge Proust + 11 ans.

 

Salonnière.

Dreyfusarde.

 

Marie Joséphine Anatole Louise Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay, comtesse Greffulhe.

Fille de Joseph de Riquet, prince de Chimay et Caraman de Belgique et de Marie Joséphine Anatole de Montesquiou-Fézensac.

Sœur de Marie Joseph Anatole Élie de Riquet, prince de Caraman-Chimay.

Épouse du comte Henry Jules Charles Emmanuel Greffulhe, surnommé « Jupiter tonnant », selon Proust.

Belle-sœur de Clara de Chimay.

Mère d’Élaine, future épouse d’Armand de Gramont, duc de Guiche.

 

Monarchiste, elle réunit dans son salon de la rue d’Astorg ou a des liens avec le gratin de l’aristocratie (le comte Costa de Beauregard,  le marquis du Lau, le comte Louis de Turenne, le comte Louis de Breteuil), de la politique (Waldeck-Rousseau, Delcassé, Galliffet), des peintres (Gustave Moreau), des musiciens (Charles Haas, Franz Liszt, Gabriel Fauré), des écrivains (Edmond de Goncourt, José-Maria de Hérédia, Stéphane Mallarmé, Judith Gautier, Anatole France,  Marcel Proust), Édouard Branly et le cousin de la comtesse, Robert de Montesquiou. Ils sont appelés les « cercleux ». Elle participe à la venue des Ballets russes à Paris et se lie avec le grand-duc Paul.

À l’époque, la haute société prononce « Gréfeuille ».

 

 

À la soirée chez la princesse de Guermantes, la duchesse, sa cousine, la trouve charmante et partout la plus belle. Merveilleuse, jeune et fière, elle porte une robe blanche en tulle incrustée de diamants. Oriane fait cette réflexion, tout en prenant une chaise, au frère de la belle qui passe.

Comtesse Greffulhe, par Otto

Comtesse Greffulhe, par Otto

 

*Assez loin de nous, une merveilleuse et fière jeune femme se détachait doucement dans une robe blanche, toute en diamants et en tulle. Madame de Guermantes la regarda qui parlait devant tout un groupe aimanté par sa grâce.

— Votre sœur est partout la plus belle; elle est charmante ce soir, dit-elle, tout en prenant une chaise, au prince de Chimay qui passait. (IV, 52)

 

 


CATEGORIES : Aristocrate, Dreyfusard(e), Personnage réel, Salonnière/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et