Fiche — Diaghilew, Serge de

Diaghilew, Serge de [IV]

Organisateur de spectacles étranger

 

Personnage réel.

(1872-1929) Âge Proust — 1 an.

 

Russe.

Animateur des Ballets russes.

Homosexuel.

Amant de son cousin Dima Philosophoff, du danseur Venceslas Nijinski, de l’écrivain Boris Kochno.

Relation platonique avec la pianiste Misia Sert et la ballerine Tamara Karsavina.

 

Il ajoute la particule vers 1907. Les Ballets russes qu’il crée sont une compagnie, une troupe d’avant-garde. Ils se produisent de 1909 à 1929. Leur première saison est parisienne, au Châtelet. Ils iront ensuite en Europe, puis en Amérique du sud et aux États-Unis, revenant régulièrement en France.

 

 

Deux femmes sont liées à lui et à ses « Russes » : la princesse Yourbeletieff, jeune marraine, et Mme Verdurin, présente à toutes les représentations dans son avant-scène, « véritable fée » que certains croient à tort débarquée avec lui.

Le Héros imagine ce que donnerait Charlus avec son sens artistique, managé par lui : « stylé, instruit, développé en tous sens ».

 

 

*quand, avec l’efflorescence prodigieuse des ballets russes, révélatrice coup sur coup de Bakst, de Nijinski, de Benoist, du génie de Stravinski, la princesse Yourbeletieff, jeune marraine de tous ces grands hommes nouveaux, apparut portant sur la tête une immense aigrette tremblante inconnue des Parisiennes et qu’elles cherchèrent toutes à imiter, on put croire que cette merveilleuse créature avait été apportée dans leurs innombrables bagages, et comme leur plus précieux trésor, par les danseurs russes; mais quand à côté d’elle, dans son avant-scène, nous verrons, à toutes les représentations des «Russes», siéger comme une véritable fée, ignorée jusqu’à ce jour de l’aristocratie, Mme Verdurin, nous pourrons répondre aux gens du monde qui croiront aisément Mme Verdurin fraîchement débarquée avec la troupe de Diaghilew, que cette dame avait déjà existé dans des temps différents, et passé par divers avatars dont celui-là ne différait qu’en ce qu’il était le premier qui amenait enfin, désormais assuré, et en marche d’un pas de plus en plus rapide, le succès si longtemps et si vainement attendu par la Patronne. (IV, 100)

4 100 Diaghilew, Serge de

 

*un manager, M. de Charlus (chez qui j’ignorais ces talents, bien que Mme de Guermantes, qui l’avait connu fort différent dans leur jeunesse, prétendît qu’il lui avait fait une sonate, peint un éventail, etc.), modeste en ce qui concernait ses vraies supériorités, mais de tout premier ordre, sut mettre cette virtuosité au service d’un sens artistique multiple et qu’il décupla. Qu’on imagine quelque artiste, purement adroit, des ballets russes, stylé, instruit, développé en tous sens par M. de Diaghilew. (IV, 218)

4 218 Diaghilew, Serge de

 

 


CATEGORIES : Etranger, Personnage réel, Scène/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et