Fiche — Bakst, Léon

Bakst, Léon, né Lev Samoïlovitch Rosenberg [IV, VII]

Décorateur étranger

 

Personnage réel.

(1866-1924) Âge Proust + 5 ans.

 

Russe.

Famille de la bourgeoisie juive.

 

Il est aussi peintre et créateur de costumes.

 

Pour les Ballets russes de Diaghilew, il réalise costumes et décors entre 1909 et 1921.

Son travail pour Shéhérazade, déferlante de couleurs, enclenche l’arrivée de l’orientalisme. Le Tout-Paris perd la tête d’enthousiasme. Directeur artistique, il soutient les audaces chorégraphiques et musicales de Nijinski et Stravinski.

[Dans une lettre à Reynaldo Hahn, le 4 mai 1911, Proust écrit : « Dites mille choses à Bakst que j’admire profondément, ne connaissant rien de plus beau que Shéhérazade ».]

 

 

Le Héros évoque son génie qui incruste dans le décor des ballets russes des accessoires tout simples comme s’ils étaient une turquoise ou une rose de bengale.

Il le cite parmi ceux qui réalisent « l’efflorescence prodigieuse » de la compagnie de ballets d’avant-garde.

Il prend l’exemple de ses décors pour montrer l’originalité et la force d’évocation des robes de Fortuny.

Andrée et son mari n’aimant pas les ballets russes, elle ne comprend pas que le marquis de Polignac puisse habiter dans une maison décorée par lui.

[À l’angle de l’avenue Henri-Martin   et de la rue Cortembert, XVIe arr. En réalité, le décorateur serait Sert, membre lui aussi de l’équipe de Diaghilev.]

 

 

*des visages, peut-être construits de façon peu dissemblable, selon qu’ils étaient éclairés par les feux d’une rousse chevelure, d’un teint rose, par la lumière blanche d’une mate pâleur, s’étiraient ou s’élargissaient, devenaient une autre chose comme ces accessoires des ballets russes, consistant parfois, s’ils sont vus en plein jour, en une simple rondelle de papier et que le génie d’un Bakst, selon l’éclairage incarnadin ou lunaire où il plonge le décor, fait s’y incruster durement comme une turquoise à la façade d’un palais ou s’y épanouir avec mollesse, rose de bengale au milieu d’un jardin. (II, 366)

2 366 Bakst, Léon

Bakst, Décor Shéhérazade

Bakst, Décor Shéhérazade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*quand, avec l’efflorescence prodigieuse des ballets russes, révélatrice coup sur coup de Bakst, de Nijinski, de Benoist, du génie de Stravinski, la princesse Yourbeletieff, jeune marraine de tous ces grands hommes nouveaux, apparut portant sur la tête une immense aigrette tremblante inconnue des Parisiennes et qu’elles cherchèrent toutes à imiter, on put croire que cette merveilleuse créature avait été apportée dans leurs innombrables bagages, et comme leur plus précieux trésor, par les danseurs russes (IV, 100)

Bakst, Costume Ballets russes

Bakst, Costume Ballets russes

 

*ces robes, si elles n’étaient pas de ces véritables robes anciennes, dans lesquelles les femmes aujourd’hui ont un peu trop l’air costumées et qu’il est plus joli de garder comme pièces de collection (j’en cherchais, d’ailleurs, aussi de telles pour Albertine), n’avaient pas non plus la froideur du pastiche, du faux ancien. À la façon des décors de Sert, de Bakst et de Benoist, qui, à ce moment, évoquaient dans les ballets russes les époques d’art les plus aimées — à l’aide d’œuvres d’art imprégnées de leur esprit et pourtant originales — ces robes de Fortuny, fidèlement antiques mais puissamment originales, faisaient apparaître comme un décor, avec une plus grande force d’évocation même qu’un décor, puisque le décor restait à imaginer, la Venise tout encombrée d’Orient où elles auraient été portées, dont elles étaient, mieux qu’une relique dans la châsse de Saint-Marc évocatrice du soleil et des turbans environnants, la couleur fragmentée, mystérieuse et complémentaire. (V, 254)

Bakst, décor Shéhérazade

Bakst, décor Shéhérazade

 

*Andrée venait rarement avec son mari, mais elle était pour moi une amie admirable et sincère. Fidèle à l’esthétique de son mari qui était en réaction contre les Ballets russes, elle disait du marquis de Polignac : «Il a sa maison décorée par Bakst; comment peut-on dormir là-dedans! j’aimerais mieux Dubuffe.» (VII, 30)

 

 


CATEGORIES : Etranger, Juif, Personnage réel, Scène/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et