Une inchangée hostellerie près de Balbec

Une inchangée hostellerie près de Balbec

 

Ici, rien (ou presque) n’a changé depuis Marcel Proust…

Ici, c’est à l’Hostellerie Guillaume le Conquérant, à Dives-sur-Mer.

01 Hostellerie GlC

Relire La Prisonnière :

*tout le monde a connu à Dives un restaurateur normand, propriétaire de « Guillaume le Conquérant », qui s’était bien gardé — chose très rare — de donner à son hôtellerie le luxe moderne d’un hôtel et qui, lui-même millionnaire, gardait le parler, la blouse d’un paysan normand et vous laissait venir le voir faire lui-même, dans la cuisine, comme à la campagne, un dîner qui n’en était pas moins infiniment meilleur et encore plus cher que dans les plus grands palaces.

 

Passons sous la voûte et découvrons l’entrée :

02

Hormis quelques néons, c’est un passé assumé qui s’impose — et qui remonte loin.

En 1066, le Normand Guillaume — que, dans Du côté de chez Swann, le curé de Combray appelle Guilôme — rassemble une flotte dans l’estuaire de la Dives pour la conquête de l’Angleterre dont il va devenir le roi.

Dès le XIIe siècle, un restaurant ouvre à l’emplacement de l’actuel établissement. Aujourd’hui, on vient encore s’y restaurer. Et l’appréciation du Héros de la Recherche reste d’actualité : c’est dénué de luxe, cher — on se gardera de comparer la cuisine à celle des palaces, à commencer par le grand Hôtel de Cabourg.

 

Le dîner que j’y ai fait (dernier repas de mon escapade pour les Journées Musicales Marcel Proust), en compagnie de l’impériale Violette, de Françoise Loiret — la voix magique du Fou de Proust que l’on peut toujours écouter sur l’audioblog Arte Radio — et de son compagnon, fut roboratif. En témoignent nos desserts, tourte Guillaume, tarte médiévale et planche, rassemblant gâteau, pommes, blancs en neige, pâte et noix sur la nappe.

03 Desserts

En sortant, on découvre sur une étagère un hommage à un membre (qui fut certes excentré) de l’actuelle monarchie britannique :

Kitsch Lady Di (Photos PL)

Kitsch Lady Di (Photos PL)

Rien ne change, vous-dis-je !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Une inchangée hostellerie près de Balbec”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. et parole de Patrice que je suis désormais à la trace, à Cabourg ou à Illiers. L’ombre de Proust est entre nous, avec nous à tous nos rendez-vous.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et