Vive le XIe arr. de Paris

Tags :

Vive le XIe arr. de Paris

 

C’est beau, la notoriété…

 

Jusqu’à présent je n’associait « onzième » et Proust que pour l’unique présence de ce rang dans À la Recherche du temps perdu, précisément dans sa quatrième partie, Sodome et Gomorrhe :

*Je commençais à me désespérer, au réveil, en voyant qu’après que j’avais sonné dix fois, le valet de chambre n’était pas venu. À la onzième il entrait. Ce n’était que la première. Les dix autres n’étaient que des ébauches.

 

Dorénavant, je ferai le lien entre l’arrondissement et son maire socialiste (lointain successeur de Léon Blum — un ami de Marcel) et Proust grâce à l’événement qui aura lieu samedi prochain en sa mairie à l’occasion de la Nuit Blanche — rendez-vous parisien s’il en est.

 

J’ai reçu en effet de sa responsable de la Communication — une adorable Frédérique — un mel qui attire mon attention sur un événement qui « invite les noctambules à se plonger dans le génie universel de Marcel Proust » :

*Dans la salle des fêtes de la Mairie, décorée par Victor Prouvé à la date même à laquelle Proust commençait la rédaction de À la recherche du temps perdu, trois comédiens liront des passages de son œuvre, entrecoupés d’improvisations musicales d’un pianiste. Entre 21h et minuit, toutes les 20 minutes, trois extraits narratifs se succèderont qui inviteront les participants à se laisser happer par les textes de l’écrivain. Vivez des moments suspendus, spécialement préparés pour la Nuit Blanche, et retrouvez le talent particulier qu’a Proust à nous décrire une réalité confuse, des ressentis familiers, des vertiges du réel où il semble nous connaître mieux que nous-mêmes.

Nuit Blanche

Nuit Blanche avec Proust 

 

« Pourriez-vous relayer cette information autour de vous ? », me demande Frédérique. Et comment ! puisque vous considérez que ce blogue peut vous faire venir du monde.

C’est donc samedi 4 octobre à partir de 21 h, à la Mairie du 11e, 12, place Léon Blum.

Mais ne venez pas me reprocher si cette information, ici et maintenant, entraîne une foule telle que vous allez être submergés.

 

En attendant, je regrette de ne pouvoir être des vôtres, étant le même jour à Cabourg pour les Journées Musicales Marcel Proust.

 

Ah ! il n’y en a que pour lui.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et