Les corbeaux du clocher de Combray

Tags :

Les corbeaux du clocher de Combray

Hasard et magie se sont conjugués pour une photo que j’ai prise du clocher d’Illiers-Combray.

J’aime cette flèche autant que celles de la cathédrale de Chartres que je vais admirer à chaque déplacement dans cette ville, ma métropole à moi, retiré dans le Combray de Proust.

De quelque côté que je la regarde, je lui trouve un charme absolu — pour le dire simplement, ce clocher me rassure.

Du coup, j’ai plaisir à le photographier sous tous les angles et par tous les temps.

Un jour, j’ai pris un cliché de deux corbeaux qui tournaient autour.

248 Clocher aux deux oiseaux

 

J’ai été content de saisir ce vol (à la volée !), mais la satisfaction a décuplé quand j’ai relu cet extrait de Du côté de chez Swann, à propos du clocher :

*Des fenêtres de sa tour, placées deux par deux les unes au-dessus des autres, avec cette juste et originale proportion dans les distances qui ne donne pas de la beauté et de la dignité qu’aux visages humains, il lâchait, laissait tomber à intervalles réguliers des volées de corbeaux qui, pendant un moment, tournoyaient en criant, comme si les vieilles pierres qui les laissaient s’ébattre sans paraître les voir, devenues tout d’un coup inhabitables et dégageant un principe d’agitation infinie, les avait frappés et repoussés.

 

Je ne l’ai pas fait exprès, mais vive cette image qui appuie les mots de Marcel.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et