Quand Madeleine prend un bain de thé

Tags :

Quand Madeleine prend un bain de thé

 

Il est passé par ici, il repassera par là… Pierre Amrouche est déjà reparti. Je le croyais dans sa thébaïde du Perche, il est à Lomé avant de revenir brièvement à Paris et de s’envoler vers Berlin.

 

Il a tout de même trouvé le temps de m’adresser un récit où la madeleine de Proust se métamorphose curieusement au Japon — au demeurant berceau d’études proustiennes de haute volée.

 

Je n’en ai pas touché une virgule :

 

« Parmi les nombreux détours et avatars dont ma vie est constituée, l’un me trouva à Damas en 1965 période presque bénie où les canons étaient assoupis, pas pour longtemps certes, mais quand même puisque l’air ne se chargeait pas de cordite et autres fumigations nocives à longueur de temps !

Ma mère enseignait le français à l’université de Damas et comme il se doit fréquentait ses collègues. L’un d’eux, enseignant les lettres modernes, était particulièrement sympathique, et accompagné d’une épouse, brillante philosophe. Ils sont encore de ce monde et leur nom est connu dans la littérature fantastique et le cinéma, par souci de discrétion je les appellerai donc la Famille M.

Avant d’être à Damas, Monsieur M. enseignait à l’université, à Tokyo. Proust était au programme.  Son style et la société hiérarchisée qu’il mettait en valeur, avaient tout pour plaire aux auditeurs japonais qui suivaient avec une attention religieuse les paroles de Monsieur M.

Un jour Monsieur M. choisit de faire son cours sur le récit de la «  petite madeleine », proustissime épisode de la Recherche où chacun peut se reconnaître un jour où nous frappe la mélancolie des jours enfuis. À la fin du cours, le chef de classe vint respectueusement trouver le professeur et lui dit que les élèves avaient bien compris la cérémonie du thé française que Proust décrivait, mais qu’en revanche, ils ignoraient le sens du bain de thé que le narrateur faisait prendre à son amie Madeleine…

Je ne me souviens pas de ce que fut sa réponse, il faudrait sans doute que je prenne une tasse de thé ! »

 

 

Sans commentaire.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et