Déprécier Proust (bis)

Déprécier Proust

 

Ils n’aiment pas Proust. C’est leur droit. Leurs jugements à l’emporte-pièce n’en ont pas moins contestables, voire risibles.

Pot-pourri :

Un snob laborieuxLa pensée proustienne […] un bavardage de conciergeIl est chiant. Louis Aragon

Un conteur arabe confiné dans la loge de sa concierge. Maurice Barrès

Trois cents pages pour faire comprendre que Tutur encule Tatave, c’est trop. Louis-Ferdinand Céline

Une vieille Juive fardée. Paul Claudel

La psychologie du poil du cul coupé en quatre, René Crevel

La vie est trop courte, et Proust est trop long. Anatole France

Je suis peut-être bouché à l’émeri, mais je ne puis comprendre qu’un monsieur puisse employer trente pages à décrire comment il se tourne dans son lit avant de trouver le sommeil. Alfred Humblot, directeur chez Ollendorf

Sa phrase fuit de partout. Jacques Madeleine, lecteur chez Fasquelle

Dieu est terriblement absent. François Mauriac

Le complice de la propagande bourgeoise. Jean-Paul Sartre

Ce type était complètement cinglé. Evelyn Vaugh

 

Comme quoi, on peut avoir du talent, voire du génie, et manquer de jugeotte !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Déprécier Proust (bis)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. La palme, à mon sens, revient cependant à Sartre, qui n’a rien compris ! « propagande bourgeoise » ? Je me demande bien où il a pu voir cela. Il aurait parlé de « fascination de la mondanité », encore ; mais « propagande » !

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et