Réécrire À la R.ch.rch. du T.mps p.rdu

Tags :

Réécrire À la R.ch.rch. du T.mps p.rdu

Un jeu pour l’été…

L défi est impossible à relever, Il n’est donc que plus excitant de s’y frotter : écrire une version de la Recherche sans utiliser la lettre « e ».

Le modèle est, naturellement, la Disparition, de Georges Pérec, roman en lipogramme — du grec leipogrammatikos, de leipein (« enlever, laisser ») et gramma (« lettre ») : « à qui il manque une lettre ».

L’inventive Clopine Trouillefou propose donc de s’inspirer du créatif membre de l’Ouvroir de littérature potentielle Oulipo) pour appliquer le procédé à l’œuvre proustienne. Elle l’a fait dans un commentaire à l’une de mes chroniques au fil d’un fructueux échange.

 

Début :

« Des jours durant, tu roupillas trop tôt ».

Moi :

Des jours durant, moi roupillant pas tard… » ?

Clopine :

Ah oui, très bonne la variante ! Mais je préfère (pour me faciliter la suite, pardine), le « tu », qui peut rappeler le monologue intérieur.

 

La suite de Clopine :

« Des jours durant, tu roupillas trop tôt. Parfois, sitôt ton halo fini, miroitants clôts fissa fissa, sans pouvoir avoir un pv : « dodo ». Puis, trois fois neuf tic-tac plus tard, tu rouvrais calots, vasistas – voulant dodo pourtant : tu voulais finir ton bouquin, halo clos ; tu n’avais pas, roupillant, rompu ta phosphoration sur ton bouquin, mais tu divaguais pas mal ; tu croyais à l’autoportrait : un manoir, un quatuor, la baston François-Quint…  »

 

Moi :

Idée de titre général, en sept mots pour sept volumes :

« Chassant nuits, matins, midis ou soirs disparus »

 

Clopine :

Pourrait-on contracter les « nuis, matins, midis ou soirs » en « jours » ?  « Chassant jours disparus »…

 

Moi :

J’avais d’abord mis « jours » et l’idée de la déclinaison m’a plu — et puis, qu’aucun des quatre n’ait de « e » est troublant.

 

Proposition de Clopine :

On pourrait lancer un concours : la « Recherche Lipogrammée ».

On soumettrait le tout à Jean-Yves Tadié (euh, en s’assurant d’abord que cela le fait bien sourire, qu’il n’y voit pas un crime de lèse-proustisme), qui départagerait les versions.

Faudrait qu’on soit nombreux, pour se partager le boulot… Et se faire un répertoire, avec tout de suite des lipogrammes pour les termes proustiens suivants : « temps », 
« jeunes filles », 
« côté », 
« chambre », 
« phrase »
, « salon » (ah, tiens, celui-là nous est donné !)
, « princesse », 
« Guermantes » et « Verdurin ».

 

Moi :

Charlus et Swann ont plus de chance que Gilberte et Albertine.

 

Clopine :

Sauf à les transformer en « Albatros » et « Gilbus ».

 

Nous en sommes là.

Qui va venir apporter sa pierre à l’exercice — pardon son caillou à la distraction ?

 

À vous de jouer.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Réécrire À la R.ch.rch. du T.mps p.rdu”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. trop dur! j. n’y arriv. pas
    Gilbus

  2. c’.st un .x.rcic. .xtr.m.m.nt difficil. il y a trop de . .n français. Cela me fait penser au temps où enfant, pour gagner il fallait parler sans dire ni OUI ni NON. Ce qui était moins dur…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et