Est-ce que ça vous chatouille ?

Est-ce que ça vous chatouille ?

 

Proust est mort depuis un an quand Jules Romains écrit Knock ou Le triomphe de la médecine.

La plus célèbre scène de cette comédie est un dialogue entre le docteur et un de ses futurs malades :

« Le tambour : Quand j’ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me gratouille.

Knock : Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous gratouille ?

Le tambour : Ça me gratouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi…

Knock : Est-ce que ça ne vous gratouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?

Le tambour : Je n’en mange jamais. Mais il me semble que si j’en mangeais, effectivement, ça me gratouillerait plus. »

 

Pourquoi cet étrange échange sur un blogue proustien ? Il n’est pas d’un style que l’on trouve dans À la Recherche du Temps perdu. « Gratouille » en est absent, ce qui ne surprendra pas. On n’y connaît — dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs —  que le « grattement » dont se contenterait la grand’mère du Héros à la place des coups que son « pauvre chou » donne contre la cloison de sa chambre d’hôtel.

 

En revanche — nous y voilà — « chatouille » y a toute sa place.

 

I

les témoignages chatouillent d’autant plus l’amour-propre de celui qui les donne, qu’il les sent plus précieux à celui qui les reçoit,

[Swann à Odette :] Je vous chatouille peut-être un peu ? mais c’est que je ne voudrais pas toucher le velours de la robe pour ne pas le friper.

[Le peintre :] Ça sent bon, ça vous prend à la tête, ça vous coupe la respiration, ça vous fait des chatouilles, et pas mèche de savoir avec quoi c’est fait, c’en est sorcier…

 

II

Je tâchais de l’attirer, elle [Gilberte] résistait ; ses pommettes enflammées par l’effort étaient rouges et rondes comme des cerises ; elle riait comme si je l’eusse chatouillée ; je la tenais serrée entre mes jambes comme un arbuste après lequel j’aurais voulu grimper ;

une phrase aura montré qu’elle sait comprendre et approuver ce qu’est une existence vouée à la galanterie, et aura ainsi chatouillé agréablement la tendance voluptueuse de l’amant ou de la maîtresse

 

III

— Imaginez-vous que je ne suis pas chatouilleux du tout, vous pourriez me chatouiller pendant une heure que je ne le sentirais même pas.

— Vraiment !

— Je vous assure.

Elle comprit sans doute que c’était l’expression maladroite d’un désir, car comme quelqu’un qui vous offre une recommandation que vous n’osiez pas solliciter, mais dont vos paroles lui ont prouvé qu’elle pouvait vous être utile :

— Voulez-vous que j’essaye ? dit-elle avec l’humilité de la femme.

— Si vous voulez, mais alors ce serait plus commode que vous vous étendiez tout à fait sur mon lit.

— Comme cela ?

— Non, enfoncez-vous.

 

IV

un bleu qu’on veut amadouer afin de pouvoir s’en saisir, à seules fins alors de le chatouiller et de lui faire des brimades quand il ne pourra plus s’échapper.

À Mlle Vinteuil maintenant, tandis que son amie la chatouillait avant de s’abattre sur elle, je donnais le visage enflammé d’Albertine

 

V

d’intolérables chatouillements sur les hanches ;

 

VII

l’attention chatouillée d’un amateur,

la mort de millions d’inconnus nous chatouille à peine et presque moins désagréablement qu’un courant d’air.

 

Est-ce que ça justifie une chronique ? Ne vous grattez pas la tête, mais c’est vous qui voyez !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et