Chronique illustrée d’Illiers-Combray le 14 juillet (5)

Chronique illustrée d’Illiers-Combray le 14 juillet (5)

14 h 30, sur l’esplanade du Calvaire.   Là, il y a foule.

40 La foule 1       41 La foule 2                 42 La foule 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’après-midi est consacrée aux jeux pour les plus jeunes venus en famille : modélisme, tennis, décoration, rugby, chamboule-tout, maquillage, football, balade hippomobile, handball, jeu de ficelle, boule lyonnaise, remise de récompense aux pêcheurs/euses :

43 Modélisme 44 Tennis                             45 Décoration               46 Rugby               47 Chamboule-tout             48 Maquillage             49 Foot             50 Ballade hippomobile           51 Hand-ball               52 Jeu de ficelle           53 Boule lyonnaise           54 Une pêcheuse récompensée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi une présentation de danses d’Outre Atlantique :

56 Danses 2 57 Danses 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les adultes, spectateurs :

58 Adultes 1 59 Adultes 2 60 Adultes 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pompiers offrent une démonstration :

61 Démonstration de pompiers 1

 

 

 

 

 

 

62 Démonstration de pompiers 2

 

 

 

 

 

63 Une femme-pompier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, c’est le calme plat dans la commune, places de l’église et Maunoury :

 

64 La place de l'église 65 La place Maunoury

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois couleurs flottent sur le monument aux morts et le camping est encore à celles du Mondial au Brésil :

66 Le monument aux morts 67 Le camping

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les seules fêtes qui trouvent grâce aux yeux du Héros dans Du côté de chez Swann sont familiales, religieuses ou mondaines. *« Toi qui aimes les aubépines, regarde un peu cette épine rose ; est-elle jolie ! » En effet c’était une épine, mais rose, plus belle encore que les blanches. Elle aussi [l’aubépine rose] avait une parure de fête, — de ces seules vraies fêtes que sont les fêtes religieuses, puisqu’un caprice contingent ne les applique pas comme les fêtes mondaines à un jour quelconque qui ne leur est pas spécialement destiné, qui n’a rien d’essentiellement férié — mais une parure plus riche encore, car les fleurs attachées sur la branche, les unes au-dessus des autres, de manière à ne laisser aucune place qui ne fût décorée, comme des pompons qui enguirlandent une houlette rococo, étaient « en couleur », par conséquent d’une qualité supérieure selon l’esthétique de Combray si l’on en jugeait par l’échelle des prix dans le « magasin » de la Place ou chez Camus où étaient plus chers ceux des biscuits qui étaient roses. I

 

Une grand’mère n’y reconnaîtrait pas ses petits prousts.

 

Demain, la retraite aux flambeaux et le feu d’artifice.

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et