Le jardin de Tansonville en vrai

Tags :

Le jardin de Tansonville en vrai

 

La vie, c’est l’œuvre…

Le débat est sans fin sur la part de réalité dans la fiction qu’est À la Recherche du Temps perdu. J’ai déjà eu l’occasion de me singulariser en insistant sur les similitudes entre l’une et l’autre (cf. ma chronique À bas le Narrateur, vive le Héros).

Une promenade quotidienne dans Illiers-Combray me conduit souvent au Pré Catelan. On sait qu’avec sa haie d’aubépines, ce jardin privé de l’oncle Amiot devient le parc de la propriété de Charles Swann.

Des esprits qui ne raisonnent qu’avec une carte géographique à l’appui relèveront que trois kilomètres le séparent de Tansonville, belle maison sur la route de Mèreglise, qui se cache derrière de hauts murs.

Tansonville (Photo PL)

Tansonville (Photo PL)

 

 

Or, lors de ma balade de ce jour, une perspective stupéfiante s’est offerte, non qu’elle soit nouvelle, mais je n’y avais jamais prêté attention.

Pré Catelan, Tansonville (Photo PL)

Pré Catelan, Tansonville (Photo PL)

 

 

La preuve est faite (en tout cas par l’image) que, faisant fi des prétentions de la géographie, le jardin et sa propriété font bien partie d’un même ensemble, comme Narraproust (jolie formule de Claude Arnaud) l’a écrit.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et