Buenos-Aires-sur-Vivonne et Birmingham-sur-Vivonne

Buenos-Aires-sur-Vivonne et Birmingham-sur-Vivonne

 

Le soleil brille sur Illiers-Combray en cette veille de l’été. C’est l’après-midi. La place Maunoury, qui abrite l’Office de Tourisme du Pays de Combray, est loin d’être vide.

Tiens, un couple. Visiblement, ce ne sont pas des Beaucerons. Lui s’appelle Miguel, elle Silvia. Ils vivent à Buenos-Aires, baignée par le Rio de la Plata.

Miguel y Silvia

Miguel y Silvia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques instants plus tard, un autre passant, pas né non plus sur les bords du Loir. Installé à Birmingham, il est plus familier des fleuves Severn et Trent. Son prénom, c’est Robert.

Robert and Saint-Jacques Church

Robert and Saint-Jacques Church

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le point commun à ces trois visiteurs ? Proust. L’Anglais s’est offert sa propre promenade du côté de Guermantes et en a gardé un souvenir cuisant puisque, vers Saint-Eman, un chien l’a mordu. Ce n’était pas écrit dans la Recherche. Quant à l’Argentine, c’est bien simple, du cher Marcel, elle s’affirme « fanatica ».

 

Ainsi s’achève le printemps du côté de chez Proust. Avec ces rencontres, le blogobole ressent une certaine béatitude.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et