Bal de masques

Bal de masques

 

Nous sommes en 1919.

Officiellement, c’est une matinée chez le prince de Guermantes.

 

Elle se tient dans le dernier volume d’À la Recherche du Temps perdu — on pourrait la comparer à une balle de match dans une rencontre tennistique. Toutes deux sont de nature à faire basculer les événements.

 

Le Héros réapparaît à Paris après « beaucoup d’années », sûr de son absence de dons littéraires ». Revenu en train de sa maison de santé, il trouve chez lui deux cartes d’invitation. La première est pour un goûter donné par la Berma en l’honneur de sa fille et de son gendre, la seconde pour la « matinée », qualifiée aussi de « concert mondain ». Les deux ont lieu le lendemain, en même temps qu’un « petit thé » chez Mme Sazerat où se rend la mère du Héros.

 

Lui se rend en voiture chez le prince, qui habite désormais un hôtel magnifique qu’il s’est fait construire avenue du Bois. Il traîne en route car il n’est « pas très désireux » d’assister à tout le concert. Après avoir rencontré Charlus et Jupien, il bute contre les pavés mal équarris de l’hôtel de Guermantes et éprouve la même félicité qu’avec la madeleine. Même chose dans le petit salon-bibliothèque du premier étage attenant au buffet où un maître d’hôtel le fait patienter le temps que le morceau en cours, le premier, soit achevé. Cette fois, c’est le bruit d’une cuiller contre une assiette qui le ravit. Enfin, il peut entrer dans les salons (mais il s’est passé cinquante pages de la Pléiade après cette réminiscence !)

 

Ayant descendu l’escalier, le voici dans le grand salon, pleinement de retour dans le monde. Ce n’est pas un bal masqué, mais à voir les personnages qui la peuplent, ça y ressemblera bien, l’hôtesse en tête. Sous le titre de princesse de Guermantes, on reconnaît Sidonie Verdurin, la Patronne, veuve, remariée au duc de Duras, mort deux ans après la cérémonie, ayant convolé, la guerre finie, avec Gilbert de Guermantes.

 

Son époux et ses invités sont méconnaissables. Ils semblent tous « s’être « fait une tête », généralement poudrée et qui les changeait complètement ». Par ordre d’entrée en scène : le prince de Guermantes, M. de Fezensac, le duc de Chatellerault, M. d’Argencourt, une ancienne maîtresse de d’Argencourt, une jeune femme et son frère, la duchesse de Guermantes, un neveu du prince, le jeune Létourville, Bloch devenu Jacques du Rozier, Mme Sazerat, Gilberte de Saint-Loup, M. de Cambremer, Mme de Cambremer-Legrandin, le prince d’Agrigente, Viradobetski, Mme d’Arpajon, Mme de Franquetot, le jeune marquis de Beausergent, une blonde valseuse, Léonor de Cambremer, Odette de Forcheville, Mme X…, un ancien camarade du Héros, la vicomtesse de Saint-Fiacre, M. de Courgivaux, un noir viveur, un ministre d’avant l’époque boulangiste, 189 Morel ; une Américaine mariée au comte de Farcy ; le marquis de Vilemandois ; une vieille fille et sa mère ; la princesse de Nassau ; Rachel ; Mme de Morienval ; un ami de Bloch ; la fille et le gendre de la Berma.

 

Tous les parfums d’un badinage morbide sont réunis. Les mots de Proust sont redoutables : affublé, grimé, déguisé, travesti, grimaçant ; du coup, l’intéressé devient ridé, vieilli, blanchi, argenté, émollié, tassé, courbé, fané et il a l’air d’un mendiant, d’une loque en bouillie, d’un moribond-bouffe, d’un fantoche, tremblotant, boiteux, gâteux, gaga.

On se croit en un éternel printemps et c’est l’hiver de la vie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Il n’a pas vu le temps passer et ne conçoit pas le vieillissement.

 

Plus je lis cette scène, plus je revois le bal des vampires dans le film éponyme de Roman Polanski.

172 BdV 1 172 BdV 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le Héros ? Sa moustache est toujours noire, mais il remarque qu’on dit de lui : « Voilà le père… » (cette expression était suivie de mon nom) ; et comme je n’avais pas d’enfant, elle ne pouvait se rapporter qu’à l’âge. » — les « masques du Temps ».

 

In fine, mieux vaut ne pas maquiller la réalité.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et