Pour les assiettes, vous tombez pile

Pour les assiettes, vous tombez pile

 

Marcel Proust aime bien les assiettes peintes. Bon, d’accord, ce n’est pas une information considérable, sans être tout-à-fait ni creuse ni plate. Elle m’est venue en repensant à la scène des assiettes du pastiche du Journal inédit des Goncourt, dans Le Temps retrouvé.

 

*Nous passons à table et c’est alors un extraordinaire défilé d’assiettes qui sont tout bonnement des chefs-d’œuvre de l’art du porcelainier, celui dont, pendant un repas délicat, l’attention chatouillée d’un amateur, écoute le plus complaisamment le bavardage artiste…

 

Suivent quelques descriptions qui illustrent le style des deux frères : affecté, chichiteux, minaudier et poseur.

 

*des assiettes de Yung-Tsching à la couleur capucine de leurs rebords, au bleuâtre, à l’effeuillé turgide de leurs iris d’eau, à la traversée vraiment décoratoire, par l’aurore d’un vol de martins-pêcheurs et de grues, aurore ayant tout à fait ces tons matutinaux qu’entreregarde quotidiennement, boulevard Montmorency, mon réveil

Assiette chinoise, XVIIe s.

Assiette chinoise, XVIIe s.

 

 

*un merveilleux plat Tching-Hon traversé par les pourpres rayages d’un coucher de soleil sur une mer où passe la navigation drôlatique d’une bande de langoustes, au pointillis grumeleux, si extraordinairement rendu qu’elles semblent avoir été moulées sur des carapaces vivantes, plat dont le marli est fait de la pêche à la ligne par un petit Chinois d’un poisson qui est un enchantement de nacreuse couleur par l’argentement azuré de son ventre.

[Le seul empereur de Chine connu nommé Hong est Hongwu, premier de la dynastie Ming (1368-1398).]

Plat chinois, XIVe s.

Plat chinois, XIVe s.

 

 

*des assiettes de Saxe plus mièvres dans le gracieux de leur faire, à l’endormement, à l’anémie de leurs roses tournées au violet, au déchiquetage lie-de-vin d’une tulipe, au rococo d’un œillet ou d’un myosotis…

Assiette de Saxe

Assiette de Saxe

 

 

*des assiettes de Sèvres engrillagées par le fin guillochis de leurs cannelures blanches, verticillées d’or, ou que noue, sur l’à-plat crémeux de la pâte, le galant relief d’un ruban d’or…

Assiette de Sèvres

Assiette de Sèvres

 

 

Au total, les placards d’À la Recherche du Temps perdu accueillent quarante-trois fois le mot assette — dont une « pique-assiette ».

 

Dans quatre occurrences, il s’agit encore d’assiettes décorées — de motifs des Mille et Une Nuits :

*[La grand’mère du Héros à propos de la pensée que Swann puisse fréquenter le grand monde] pour s’en tenir à une image qui avait plus de chance de lui venir à l’esprit, car elle l’avait vue peinte sur nos assiettes à petits fours de Combray — d’avoir eu à dîner Ali-Baba, lequel quand il se saura seul, pénétrera dans la caverne, éblouissante de trésors insoupçonnés. I

*quand nous étions encore assis devant les assiettes des Mille et une Nuits, appesantis par la chaleur et surtout par le repas. I

* Ils me rappelaient ces assiettes à petits fours, des Mille et une Nuits, qui distrayaient tant de leurs «sujets» ma tante Léonie quand Françoise lui apportait un jour Aladin ou la Lampe Merveilleuse, un autre Ali-Baba, le Dormeur éveillé ou Simbad le Marin embarquant à Bassora avec toutes ses richesses. J’aurais bien voulu les revoir, mais ma grand’mère ne savait pas ce qu’elles étaient devenues et croyait d’ailleurs que c’était de vulgaires assiettes achetées dans le pays. II

*Ma mère me dit que là-bas du moins je lisais, et qu’à Balbec je devrais bien faire de même, si je ne travaillais pas. Je répondis que, pour m’entourer justement des souvenirs de Combray et des jolies assiettes peintes, j’aimerais relire les Mille et une Nuits. IV

Assiette des Mille et Une Nuits, Villeroy et Bosch

Assiette des Mille et Une Nuits, Villeroy et Bosch

 

 

Une autre fois, c’est une Saxe qui réapparaît :

*Je reconnaissais bien sous les arbres des femmes avec qui j’étais plus ou moins lié, mais elles semblaient transformées parce qu’elles étaient chez la princesse et non chez sa cousine, et que je les voyais assises non devant une assiette de Saxe mais sous les branches d’un marronnier. IV

Assiette de Saxe

Assiette de Saxe

 

 

Voilà une chronique qui ne casse rien !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et