Les aubépines, J — 14

Tags :

 

Les aubépines, J — 14

 

Quand la vie surgit dans le petit raidillon, c’est un enchantement. Je devrais dire an enchantment. Magic !

Depuis plus de deux semaines, je vais photographier à la mi-journée la haie d’aubépines d’Illiers-Combray. Mes clichés, proposés quotidiennement, témoignent que je n’ai jamais rencontré personne.

Et voilà que, ce sunday, je croise deux Anglais — ainsi se sont-ils présenté portant leur matériel de peinture, décidés à immortaliser sur toile les aubépines proustiennes.

« Vous êtes le fou de Proust », m’interpelle l’un d’eux, Stephen, qui me révèle suivre ma démarche artistique.

Pour la première fois, donc, je fixe des êtres humains sur mes clichés de la montée et de la descente.

 J — 14 The Painter.

J — 14 The Painter.

 

 

 

 

 

 

 J — 14 His Friend Stephen.

J — 14 His Friend Stephen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le traditionnel gros plan, lui, est inchangé.

 J — 14 His Friend Stephen.

J — 14 Gros plan.

 

Mes nouveaux amis m’ont promis de me donner accès au tableau, via internet, lorsqu’il sera peint et, eux, de retour at home.

 

Vous serez les premiers informés.

 

À demain…

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Les aubépines, J — 14”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonjour Monsieur le fou de Proust!
    Je suis votre journal des aubepines chaque jour.
    Bravo!
    Et merci!
    Cynthia

  2. patricelouis says: -#1

    Chère Cynthia,
    Comme dirait Odette, je ne suis pas « fishing for compliments », mais celui-là me fait rudement plaisir.
    Patrice

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et