1er Mai à Illiers-Combray

Le muguet à Illiers-Combray

 

1er mai… À deux semaines et deux jours de la Journée des Aubépines, voici le Jour du Muguet.

La fleur à clochettes n’est citée qu’une fois dans l’œuvre de Proust. C’est dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

Le Héros voit une aquarelle dans l’atelier d’Elstir, un portrait portant au bas Miss Sacripant, octobre 1872 — « le portrait d’une jeune femme pas jolie, mais d’un type curieux » en melon, veston et plastron :

« La blancheur du plastron, d’une finesse de grésil et dont le frivole plissage avait des clochettes comme celles du muguet, s’étoilait des clairs reflets de la chambre, aigus eux-mêmes et finement nuancés comme des bouquets de fleurs qui auraient broché le linge. »

 

Du muguet, en cette Fête du Travail, on en vend partout, pour de bonnes causes, souvent syndicales. (On ne doit jamais se priver du plaisir de citer la phrase du Temps retrouvé où Proust évoque la CGT : « À cet égard, un art populaire par la forme eût été destiné plutôt aux membres du Jockey qu’à ceux de la Confédération générale du Travail; »)

 

Illiers-Combray n’échappe pas à la règle, mais les étals qui proposaient ce matin du muguet sur la place de l’Église le faisaient pour le seul profit des vendeurs — en l’occurrence, surtout des vendeuses. Ils étaient trois à braver la pluie pour monnayer  leurs brins.

Deux vendeuses

Deux vendeuses.

 

 

 

 

 

 

 

Un vendeur.

Un vendeur.

Une vendeuse.

Une vendeuse.   

 

Pas de jaloux, j’ai acheté chez les trois.

Trois brins.

Trois brins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour, trempé, c’est une autre fleur que j’ai chipée dans le jardin d’une maison inoccupée.

L'iris du 1er Mai.

L’iris du 1er Mai.

 

Placer  le 1er Mai, début du mois de Marie, sous le signe de l’iris, n’est-ce pas furieusement transgressif ?

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et