Les aubépines, J — 20

Tags :

Les aubépines, J — 20

 

Quelle quiétude… J’imagine en souriant la file indienne proustienne du 17 mai prochain. Recueillis, l’un derrière l’autre, pestant peut-être contre le choix d’escarpins ou de souliers vernis pour arpenter le Pré Catelan et descendre le petit raidillon, les pèlerins littéraires vont sacrifier au rituel aubépinesque.

Pour l’heure, le chemin est désert. Depuis que je le photographie, jour après jour, je n’y ai croisé ni dépassé personne. J’entends bien parfois quelques personnes de l’autre côté de la haie, celui d’une fillette et de sa bêche de jardinage, d’Odette et de Charlus, pas encore nommés, la mère en blanc et l’homme habillé de coutil. Une voix pourrait bien dire : « Allons, Gilberte, viens; qu’est-ce que tu fais ? »

De mon côté, je m’entraîne, sans témoin, à prendre un air docile, impénétrable et sournois pour prendre mes photos quotidiennes.

J — 20 Montée

J — 20 Montée

 

 

 

 

 

 

J — 20 Descente

J — 20 Descente

 

 

 

 

 

 

 J — 20 Gros plan

J — 20 Gros plan

 

Tout apparaît quiet.

À demain…

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et